Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 8: LA RELATION AVEC LES ÉLÈVES 141

Extract

141La relation avec les élèves CHAPITRE 8 LA RELATION AVEC LES ÉLÈVES LA RELATION: UN ASPECT CENTRAL L’enseignement est fondamentalement interactif (Hasenfeld & English, 1974; Maheu & Bien-Aimé, 1996). Il met en relation des personnes gar- dant chacune leur dynamisme propre et leur pouvoir d’initiative: Le travail interactif, du simple fait des contraintes inhérentes à l’interaction humaine ainsi qu’aux relations de pouvoir et aux types de connaissances qu’elle met en jeu, façonne étroitement les orientations et les techniques du travail, les rapports aux usagers, les marges de manœuvre et les stratégies des travailleurs, les outils et les savoirs des travailleurs, ainsi que l’environ- nement organisationnel dans lequel se déroulent leurs tâches. (Tardif & Lessard, 1999, p. 38) Dans une enquête récente portant sur le rapport au métier et sur la satis- faction professionnelle des enseignants belges, Maroy (2008) constate que la relation avec les élèves se trouve être au premier rang de l’aspect consi- déré comme le plus important du métier par les enseignants. Mais c’est aussi cet aspect relationnel où la différence entre importance d’une part et source de satisfaction d’autre part a été la plus grande, puisque dans la même enquête il pointe à la huitième place quant à la satisfaction. Il n’est dès lors pas étonnant que la relation aux élèves soit l’objet d’un investissement subjectif important. Comment s’exprime-t-il dans les discours recueillis? Quelques entretiens parlent d’«être pris», d’«être bouffé», et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.