Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Trouver des repères dans la relation 157

Extract

157La relation avec les élèves TROUVER DES REPÈRES DANS LA RELATION Alors que la régulation de la relation se révèle particulièrement impor- tante dans le travail enseignant, il s’agit de trouver des repères, des indices permettant de se faire une représentation de la «météo» de la classe, permettant le cas échéant d’adapter le profil de ses interventions. En effet, le climat émotionnel, les remous vécus collectivement ou per- sonnellement par des élèves peuvent créer des conditions très diverses, impliquant une prise en charge différente suivant la situation. Barrère parle de l’épreuve subjective consistant à faire face à ce qu’elle nomme, avec humour et emphase, la «cyclothymie de la relation» (Barrère, 2002a, p. 127); elle concerne la prise en charge de classes et d’élèves dont l’en- gagement et le comportement peuvent changer du tout au tout. Il est donc particulièrement stratégique de savoir, dès les premières minutes, où l’on met les pieds. Plusieurs enseignants en font leur première tâche en entrant en classe: Voir s’ils sont tous là, s’ils ont un visage pas trop fermé, rayonnant, on peut déjà voir pas mal de choses à l’accueil, je trouve. On regarde s’ils sont attentifs ou disons tristes, ou heureux, je ne sais pas, ça donne déjà une idée sur leur comportement, leur façon d’arriver dans la salle. Et ça me donne une idée:...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.