Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Faire face au vécu difficile des élèves 167

Extract

167La relation avec les élèves aspect à plusieurs reprises. Par exemple, dans l’entretien d’autoconfron- tation, Emma se découvre «agressant» un élève. Le mot agression est repris de ses propos, alors que les attaques, si attaque il y avait, nous paraissaient plutôt légères, ou même inaperçues de notre part. Mais l’important ne se situe pas tant dans les expressions elles-mêmes que dans la manière dont Emma les a vécues: Là, c’est une attaque personnelle. C’est une attaque personnelle déguisée, consciente. Moi j’en fais beaucoup, au niveau des élèves, mais je le déguise bien, et puis je culpa- bilise un peu. C’est pas bien, mais je le fais quand même: mea culpa à mon tour. (E1) La réaction d’Emma révèle un conflit de valeur, lié à l’éducation de ses élèves par leurs parents. Et remarquons le terme très fort qu’elle utilise: c’est «quelque chose qui me révulse». Le dégoût, le rejet ne sont pas des émotions facilement nommées par les enseignants quant aux émotions qu’ils vivent en classe. Mais il n’y a guère de raisons pour lesquelles ces émotions ne seraient pas éprouvées selon les circonstances, et l’extrait ci- dessus en témoigne. Et c’est un pan de l’investissement subjectif qu’Emma dévoile, à savoir celui lié à la confrontation d’autres valeurs, d’autres pratiques, que ce soit celles des élèves ou celles des parents. La situation est certainement...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.