Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Synthèse 190

Extract

190 S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante faire partie et la faire exister» (Linhart, 2008, p. 13). La question qui se pose alors est celle de l’accueil possible par la société de ces contribu- tions enseignantes. Nous avons relevé déjà les dissensions marquées sur ce que devrait être une bonne école. Des critiques acerbes sont régu- lièrement publiées, que ce soit par des essais, des articles de presse, des courriers de lecteurs. L’école semble être bien davantage du côté du problème que du côté de la solution lorsque l’on envisage des défis sociétaux actuels. Il paraît donc difficile de faire de la société le destina- taire de son activité lorsque cette même société étale ses doutes et ses critiques quant aux contributions faites. Cela nous conduit à poser comme enjeu manifestement central de l’investissement subjectif, celui de son destinataire. Lorsque celui-ci est trouvé dans les élèves, la satisfaction, le sentiment d’accomplissement, le plaisir sont les fruits de cet investissement, qu’ils viennent nourrir en retour. Mais que l’activité ne trouve pas ses destinataires, la voilà qui dépérit, s’épuise dans l’inconfort, la plainte, la souffrance. La dimension collective atrophiée, les dilemmes sociaux rendent problématique le fait de se tourner vers ce que Clot reprenant Bakhtine (1984), nomme les «destinataires de secours» (Clot, 2006a, p. 167). Tout se passe comme si, en l’absence d’une autre possibilité, l’enseignant ait à choisir...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.