Show Less

S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante

Series:

Bernard André

L’activité de l’enseignant mobilise de manière importante sa personne, son histoire, ses affects. La notion d’investissement subjectif permet de rendre compte de ces aspects, en se focalisant sur les interactions de la subjectivité de l’enseignant avec son environnement de travail et ses activités. Cet ouvrage se fonde sur une étude clinique de seize entretiens d’auto confrontation, lors desquels les enseignants ont commenté les traces de leur activité préalablement enregistrée sous forme vidéo.
Comprendre ce qui est au cœur de cet investissement subjectif est un enjeu important, spécialement dans une période d’intensification et de complexification du métier d’enseignant. Cet ouvrage est destiné à un public pluriel : l’enseignant qui souhaite mettre des mots sur son activité ; le formateur d’enseignants qui cherche à rejoindre les préoccupations de ceux qu’il forme ; les acteurs ayant une fonction de soutien ou d’encadrement dans les écoles ; et finalement le sociologue intéressé par les enjeux du travail.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Synthèse 224

Extract

224 S’investir dans son travail : les enjeux de l’activité enseignante les rôles, et c’est sans doute pour cela qu’Anaïs la reconnaît comme déli- cate. Les enjeux sont aussi divers qu’importants. Le premier est celui de la mise en visibilité de son action. Tout d’un coup un collègue à un accès direct à la pratique d’Anaïs, à travers les récits de son fils et des traces écrites de son activité. Et devant la contestation de la note, ce jugement qui est celui d’un pair, n’est pas anodin. Ce qui frappe, dans les propos d’Anaïs, c’est la justification de ses propos. Les circonstances certes ne plaident pas en faveur d’un débat professionnel, et les affects en jeu ne lui laissent même guère de place. Nonobstant, la réponse «j’ai dit que j’avais toujours fait comme ça; je faisais comme ça pour tous les élèves, et je n’al- lais pas changer pour leur fils» paraît de prime abord un peu courte. Peut- être est-ce son but: couper court à tout dialogue, ne sachant si l’on s’adresse au parent ou au collègue. En entrant ni sur un terrain ni sur l’autre, elle évite d’être prise en défaut par une confrontation venant du rôle opposé à celui visé. Peut-être est-ce même là sa réponse standard à toute remise en question de la part de parents. Dans tous les cas, c’est une réponse défensive, mettant en évidence la difficult...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.