Show Less

Modalité, évidentialité et autres friandises langagières

Mélanges offerts à Hans Kronning à l’occasion de ses soixante ans

Series:

Coco Norén, Kerstin Jonasson, Henning Nølke and Maria Svensson

Hans Kronning s’est fait connaître comme un grand spécialiste international de l’expression de la modalité et de l’évidentialité dans les langues romanes, et nombreux sont les linguistes qui se sont inspirés de ses travaux. Cet ouvrage rassemble des articles de chercheurs familiers des travaux de Kronning et témoigne de la largeur et de la profondeur de sa pensée à laquelle aucune langue romane n’est étrangère. Le volume réunit des spécialistes travaillant en Belgique, en Finlande, en France, en Italie, en Norvège, en Suède et en Suisse et les contributions abordent des sujets allant de phénomènes purement linguistiques et sémantiques aux analyses littéraires en passant par des réflexions portant sur la comparaison des langues, y compris la traduction. De même, plusieurs langues romanes sont représentées, aussi bien pour ce qui est des faits traités qu’en ce qui concerne la langue appliquée pour la rédaction des articles. Ainsi cet ouvrage est-il un reflet de l’œuvre et de l’ouverture d’esprit de Hans Kronning.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les débuts de la philologie romane à Uppsala - Lars-Göran SUNDELL, Université d’Uppsala 311

Extract

Les débuts de la philologie romane à Uppsala Lars-Göran SUNDELL, Université d’Uppsala L’institutionnalisation de l´étude universitaire, voire scientifique, des langues modernes, à savoir les langues romanes, l’allemand et l’anglais, re- monte à une époque relativement tardive à l’Université d’Uppsala. En effet, ce n’est qu’en 1858 que Carl Wilhelm Böttiger (1807-1878) est nommé à la chaire de «linguistique néo-européenne et littérature moderne» (‘ny- europeisk lingvistik och modern litteratur’) qui vient d’être créée. Il faut souligner qu’il s’agit de la première chaire spécifiquement consacrée aux langues modernes, qui trouvent ainsi droit de cité à côté des langues clas- siques et des langues orientales. En tant que titulaire de cette chaire nou- velle, Böttiger doit donc embrasser, ainsi que son successeur Theodor Hag- berg (1825-1893), qui prend la relève en 1868, l’étendue des recherches et de l’enseignement concernant les langues en question, tâche qui se révèle vite plus ou moins impossible. Ainsi, après une période d’une quarantaine d’années, la chaire sera doublée de sorte que les langues romanes et les langues germaniques soient séparées. En 1890, Per Adolf Geijer (1841-1919) est nommé professeur de langues romanes, bien que l’intitulé ne soit officialisé qu’en 1904. Geijer occupe la chaire de 1890 à 1906 et c’est son professorat qui marque les vrais débuts de la philologie romane à l’Université d’Uppsala. Avec ses collabora- teurs, notamment Carl Wahlund (1846-1913), privat-docent et en 1892 profes- seur honoraire de langues...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.