Show Less

La communication électronique en questions

Edited By Sami Zlitni and Fabien Liénard

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sont omniprésentes dans nos sociétés. Elles amènent à échanger des données tout le temps, où on se trouve et comme jamais. Ce constat justifie à lui seul cet ouvrage collectif qui se propose d’interroger la communication électronique. Vingt-neuf chercheurs ont ainsi participé à la rédaction des vingt-trois chapitres en français et en anglais de ce volume, que Christian Licoppe préface en se questionnant logiquement : Peut-on mettre la communication électronique en question ?
Les chapitres ne constituent pas des réponses mais des éclairages regroupés en quatre parties. Celles-ci correspondent à des domaines qui recourent à la communication électronique avec des objectifs communicationnels initiaux variés et divers.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Quatrième partie - Communication politique : des SMS aux réseaux sociaux

Extract

PARTIE 4 Communication politique : des SMS aux réseaux sociaux Synda BEN AFFANA Facebook et la révolution tunisienne. Entre la spontanéité et la compréhension Lors du printemps arabe en général et de la révolution tunisienne en particulier, les usages des réseaux sociaux numériques étaient sur- estimés. Rapidement, plusieurs journalistes et analystes ont avancé que Ben Ali était battu par Facebook (Porter, 2011). D’autres ont tenté de déconstruire ce mythe numérique (Proulx, 2011) en prenant en considération le courage des manifestants dans les rues et à travers les régions de la Tunisie. Sans sous-estimer ou surestimer ni les mouve- ments sociaux ni les réseaux numériques, nous pensons qu’avec l’omniprésence de l’Internet dans notre quotidien, penser les problèmes sociaux, ou ce que Giddens (1991) nomme l’autoréflexivité, est devenu une activité sociotechnique. Cette construction sociotechnique englobe une médiation sociale et une autre technique (Jouët, 2000). Selon les études de la sociologie des usages, la médiation est technique parce que l’outil utilisé structure la pratique communicationnelle. La médiation est sociale parce que l’instrumentalisation de l’objet technique communicationnel se ressource dans le social et les préoccupations du quotidien. Rappelons que souvent, l’Internet et la société étaient pensés comme deux logiques diamé- tralement opposés, pourtant l’imaginaire et l’innovation ne naissent pas de la technique, mais autour de la technique (Scardigli, 1992 ; Flichy, 2001). En plus, dans cet ordre d’idées,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.