Show Less

L’art de gouverner : questions éthiques et politiques

Edited By Adrien Louis and Ariane Revel

Le présent volume est le résultat des interventions et des discussions qui prirent place lors de deux journées d’études organisées à l’Université Paris-Est Créteil à l’automne 2010. Croisant les perspectives de la philosophie, de la science politique, de l’histoire et de la sociologie, cet ouvrage reprend la question de l’art de gouverner pour en montrer le caractère de noeud problématique pour notre modernité. L’art de gouverner fait signe vers une politique qui ne se confond ni avec la science, ni avec la technologie, et qui renvoie immédiatement à une dimension éthique : ce que peut ou doit être le « bon gouvernement » des hommes, les qualités nécessaires à celui qui gouverne, la relation du gouvernant et du gouverné. Partant de l’hypothèse que le contexte démocratique et le progrès des sciences du gouvernement ont radicalement infléchi ces questions traditionnelles, il s’agit donc, à travers des lieux spécifiques du gouvernement moderne, de s’interroger sur la rationalité propre à l’art de gouverner, ses déplacements, et ses limites. Les textes ici rassemblés pointent des dimensions problématiques de l’art de gouverner.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Adrien Louis & Ariane Revel- Introduction – L’art de gouverner : entre éthique et politique 1

Extract

Adrien LOUIS & Ariane REVEL Introduction – L’art de gouverner : entre éthique et politique « But what is government itself but the greatest of all reflections on human nature? » Federalist Papers, 51. Le présent volume est le résultat des interventions et des discussions qui prirent place lors de deux journées d’études organisées à l’Université Paris-Est Créteil à l’automne 2010. Ces journées partaient d’un constat : l’idée d’un art de gouverner détenu par le bon politique, œuvre de sa prudence et de son expérience, était battue en brèche de toutes parts, et restait pourtant centrale dans notre vocabulaire politique, sous des for- mes très diverses, parfois très proches du modèle classique et parfois au contraire complètement transformées, et en quelque sorte « dénaturées » par rapport à ce qui avait servi d’exemple à cet art du bon gouvernement, de l’Antiquité à l’âge classique. D’un côté en effet, on trouvait un certain retour au vocabulaire de la philosophie politique classique, une attention renouvelée pour les vertus politiques et pour la façon dont il était possi- ble de penser l’action humaine dans la cité. De l’autre, c’était une atten- tion à la manière dont le gouvernement des hommes instaurait des nor- mes et des cadres de pensée auxquels les actions individuelles participaient sans les déterminer pleinement, où « l’art de gouverner » obéissait à des rationalités structurelles : ce que Michel Foucault a appelé « gouvernementalité », mais aussi ce que le marxisme...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.