Show Less

Le rapport éthique au discours

Histoire, Pratiques, Analyses

Edited By Charles Guérin, Gilles Siouffi and Sandrine Sorlin

Les traditions philosophiques et rhétoriques de l’époque antique ont alternativement abordé l’usage technique du langage comme un moyen d’accès au progrès moral ou comme un instrument dangereux de manipulation. A l’époque classique, certains philosophes des Lumières ont préconisé une thérapie du langage visant à nous rendre conscients de notre usage des mots. Plus récemment, le renouveau de la rhétorique, qu’on observe depuis plusieurs décennies, semble inséparable d’une réflexion éthique. Fruit d’un colloque international et interdisciplinaire (Montpellier, avril 2011), cet ouvrage collectif s’attache à mettre en relation le questionnement éthique et les usages publics du langage dans une perspective historique et prolonge ces analyses par des investigations contemporaines. Il rassemble les réflexions théoriques et les analyses pratiques d’éminents spécialistes autour de trois périodes majeures (rhétorique antique, âge classique, époque contemporaine), en croisant les regards méthodologiques français et anglo-saxon.
Ce livre contient des contributions en français et en anglais.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 1

Extract

0 joué par les deux vertus que sont la grandeur d’âme et la convenance. Elle montre ensuite dans quelle mesure cet ethos viril, appréhendé comme un idéal, est intégré dans les prescriptions oratoires et détermine la pragmatique du discours en se manifestant dans le style, les rythmes, les intonations vocales et les gestes. Cicéron établit ainsi un lien entre moralité, virilité et usage du rythme: le phrasé même du discours devient un signe éthique soumis à l’appré- ciation de la collectivité. Dans ce cadre, l’éthique se fait contrainte discursive plutôt que but à rechercher. 3. Les mutations de l’époque moderne Ce que l’on pourrait caractériser comme «l’époque moderne», c’est-à-dire la période qui va, grosso modo, du XVIe au XIXe siècle, est marquée en Europe par un formidable développement de la «société». Le discours sort de sa «bulle» logiciste et philosophique pour entrer de façon plus notable dans la sphère de l’échange – échange privé comme en témoigne l’essor des correspondances, notamment savantes; échange public, par le biais des controverses, des polé- miques, pratiques qu’on peut considérer comme préfigurant l’espace moderne de l’échange public. Rares sont les philosophes (citons ici Bacon, Descartes, Hobbes, Pascal, Arnauld, Locke, Berkeley, Rousseau…) qui ne s’intéressent pas à la communication des idées par les mots et à la manière dont les mots engagent d’une manière spécifique – plus ou moins...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.