Show Less

Supports et vecteurs des droites radicales au XX e siècle (Europe/Amériques)

Series:

Edited By Olivier Dard

Ce volume est le second d’un programme de recherche soutenu par la MSH-Lorraine et intitulé IDREA (Internationalisation des droites radicales Europe/Amériques). Il prolonge un premier ouvrage publié en 2012 dans la collection «Convergences» et intitulé Doctrinaires, passeurs et vulgarisateurs des droites radicales (Europe/Amériques). Le volume est issu d’un atelier organisé à Metz les 24 et 25 octobre 2012 sous l’égide de la MSH-Lorraine et dans le cadre de l’axe 4 «Mémoire et culture». Il a réuni 10 chercheurs français et étrangers issus de différentes disciplines. Dans une approche centrée sur les transferts culturels et politiques, le pari a été fait de ne pas seulement présenter des supports et vecteurs variés, périodiques, maisons ou sites internet mais de mettre l’accent sur les transversalités repérables dans des processus de circulations, de constitution de réseaux et plus largement d’internationalisation des droites radicales des deux côtés de l’Atlantique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Europe méditerranéenne

Extract

Des réseaux culturels, éditoriaux et militants transnationaux: Ordine Nuovo et les edizioni Europa (1955-début des années 1970) Pauline PICCO* Au cours des trois décennies qui suivent le règlement du second conflit mondial, l’extrême droite italienne fait figure d’exemple pour ses voisins étrangers, le plus souvent réduits à l’état de groupuscules. Solidement struc- turée et bénéficiant d’une audience sans équivalent en Europe, elle s’organise principalement, et ce jusqu’au début des années 1980, autour du Movimento Sociale Italiano (MSI) et d’un réseau de groupuscules extra- parlementaires. Créé en décembre 1946, le MSI rassemble une multitude de groupes, mouvements, partis, fronts, lancés au sortir de la guerre et se ré- clamant de manière plus ou moins explicite du régime fasciste.1 S’il ne par- ticipe à aucun gouvernement dans l’après-guerre, le MSI est toutefois loin d’être une force négligeable dans le paysage politique italien. De 1953 à 1968, il recueille lors des élections législatives une moyenne de 5,5% des voix à l’échelle nationale, tandis qu’en 1972, il atteint le score historique d’environ 9% des suffrages. Le deuxième pôle d’agrégation de l’extrême droite italienne se forme dans l’après-guerre autour d’une aile extra-parlemenaire constituée par le Centro Studi Ordine Nuovo,2 fondé en 1954 par Pino Rauti,3 et par * Université Paris-Sorbonne, UMR 8138 IRICE, Université Paris IV, Paris, 75005 France. 1 Sur le MSI, voir notamment: Piero IGNAZI,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.