Show Less

Aspects de l’itération

L’expression de la répétition en français : analyse linguistique et formalisation

Series:

Laurent Gosselin, Yann Mathet, Patrice Enjalbert and Gérard Becher

Cet ouvrage porte sur l’itération en tant qu’objet linguistique. Il s’agit d’étudier comment une langue telle que le français nous permet de concevoir et d’exprimer la répétition d’événements, d’états, de périodes. Cette question, traditionnellement formulée en termes « d’aspect itératif », se décline en une série d’interrogations particulières : quelle serait la nature, lexicale ou grammaticale de cet « aspect » ? Quel rapport entre itération et pluralité nominale ? Quels sont les « déclencheurs » ou, plus généralement, les « sources » de l’itération ? Quelles représentations sémantiques et comment les calculer ? …
Les réponses ici présentées ont été élaborées dans une approche pluridisciplinaire guidée par des principes communs. Nous proposons d’abord une analyse linguistique capable de rendre compte d’énoncés itératifs très complexes (empruntés à Flaubert et Proust). L’appareillage informatique des « modèles objet » permet de donner corps à une appréhension conceptuelle de l’itération, articulant points de vue générique et extensionnel. Le modèle logico-algébrique des « intervalles généralisés » enfin, emprunté à l’intelligence artificielle, est exploité pour formaliser l’inscription temporelle des énoncés itératifs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion 353

Extract

Conclusion Dans cet ouvrage, trois regards ont été portés sur le phénomène de l’itération en français, guidés par trois cultures, trois types de méthodes: linguistique, informatique, logique. Trois regards, certes, mais guidés par une forte convergence sur un ensemble de principes et d’observations que nous voudrions mettre en évidence pour conclure. Deux aspects seront mis en avant: celui de l’expression de l’itération et celui de sa modélisation sé- mantique. 1. Modélisation Deux traditions se partagent les études sur l’itération: la première, dite «nominale» entend traiter ce phénomène en termes de quantification sur des événements réifiés, tandis que la seconde, dite «verbale» y voit une caté- gorie aspectuelle, l’aspect itératif. Toutefois un rapprochement apparaît aujourd’hui nécessaire et semble en effet à l’œuvre – comme en témoignent par exemple les travaux de Maria Asnes (2004, 2008). Ces diverses positions et propositions ont été exposées et discutées en différentes occurrences dans notre ouvrage et nous voudrions ici synthétiser les lignes de force de nos propres réponses. L’itération comme objet conceptuel Une considération sous-tend dans une très large part l’ensemble de l’étude, l’idée selon laquelle un énoncé itératif fait l’objet d’une double appréhension: – celle du procès modèle (ou occurrence type, ou encore itérant) d’une part: l’entité événementielle (ou plus généralement l’éventualité, état...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.