Show Less

Or et Ordure

Regards croisés sur le déchet

Series:

Edited By Brigitte Poitrenaud-Lamesi

La thématique du rebut, de l’ordure, du déchet est envisagée dans sa dimension symbolique et ne se réduit pas à la problématique environnementale : le volume rend compte des discours non pragmatiques ou décalés portés sur le sujet. Il explore cet envers du décor, cette part d’ombre qui raconte la condition humaine. Les objets, en tant que traces mémorielles sont envisagés comme des formes de prolongements du corps et donc « animés », les corps, sous la forme du produit résiduel, du fragment corporel ou du cadavre, subissent un processus de réification.
Voilà pourquoi des champs de recherche très différents ont été mobilisés. Des chercheurs d’horizons divers ont été réunis, qui ont échangé et confronté points de vue et démarches. Cet ouvrage témoigne de cette entreprise atypique, entre divergences, nuances et convergences.
Ces « obscurs objets du refus » se profilent dans un clair-obscur caractéristique de nos sociétés contemporaines : à la fois visibles, inévitables, ostentatoires mais paradoxalement ignorés, délaissés, cachés. Ils oscillent entre des statuts radicalement différents, se faisant tour à tour objet de consommation, objet d’art, objet de dégoût ou objet littéraire. Cet ouvrage contient huit articles en français, un en italien ainsi que deux cahiers iconographiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

LA PART DU RESTE 1

Extract

I. La Part du reste Chi è Camporesi ? È un signore che entra in una stanza dove c’è un tappeto, dai disegni e dai colori bellissimi, che tutti hanno sempre considerato come un’opera d’arte; lui lo prende per un lembo, lo rivolta e ci mostra che sotto quel tappeto brulicavano vermi, scarafaggi, larve, tutta una vita ignota e sot- terranea. Qui est Camporesi? C’est un monsieur qui entre dans une pièce où se trouve un tapis, aux dessins et aux couleurs d’une grande beauté, que tous ont toujours con- sidéré comme une œuvre d’art; lui il le prend par un bout, le retourne et il nous montre que sous le tapis grouillaient des vers, des cafards, des larves, toute une vie inconnue et souterraine. Umberto Eco (Interview à l’Espresso 2008) Louis-Sébastien Mercier et la consommation du reste Yinsu VIZCARRA Université de Caen Louis-Sébastien Mercier, polygraphe français de la fin du dix-huitième siècle, achève en 1788 le Tableau de Paris, chronique de la capitale fin de siècle (que – signalons-le d’emblée car on le convoquera parfois en guise de contrepoint – Rétif de la Bretonne doublera en rédigeant, à partir de 1786, son pendant nocturne des Nuits de Paris). Bien au-delà du projet d’un parcours descriptif et qui resterait essentiellement pittoresque, les mille cinquante chapitres de l’ouvrage, encore augmentés par les suites que lui offrira le Nouveau Paris composé après la Révolution, manifestent plutôt l’ambition de ce qu’on appellera plus tard...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.