Show Less

Jean Luchaire et la revue «Notre Temps» (1927-1940)

Series:

Jean-René Maillot

Cet ouvrage propose une lecture approfondie de la revue Notre Temps (1927-1940) et montre quelle est sa place parmi les relèves de l’entre-deux-guerres. Il apporte un éclairage nouveau sur l’itinéraire de Jean Luchaire (1901-1946), son directeur, grâce à l’analyse de son discours public de 1913 à 1940. Celui-ci a incarné le jeune radicalisme puis l’idée européenne avant d’être fusillé à la Libération pour sa collaboration avec l’occupant.
Notre Temps désire représenter la génération marquée par la Grande Guerre. La revue promeut le « réalisme » dans les débats sur la réforme de l’Etat et défend une politique de conciliation pour garantir la paix. Partisan de l’idée européenne, Notre Temps se fait le chantre du briandisme et le promoteur du rapprochement franco-allemand avec comme partenaire majeur Otto Abetz, le futur ambassadeur du Reich à Paris après la défaite de 1940.
Mais l’unité autour des mots d’ordre permet une large variété d’opinions chez ses principaux contributeurs tels que Bertrand de Jouvenel, Louis Martin-Chauffier ou Pierre Brossolette. Ce portrait de groupe révèle alors les échelles de valeurs de chacun, prélude à leurs engagements durant le second conflit mondial.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract

Nous adressons nos très sincères remerciements à Monsieur le Professeur Olivier Dard qui a dirigé la thèse dont est issu cet ouvrage et qui suit notre travail depuis de longues années. Nous remercions également Monsieur le Professeur Michel Grünewald pour ses encouragements répétés lors de la rédaction de la thèse et pour son accueil bienveillant au sein de la collection Convergences. Madame le Professeur Christine Bouneau, Madame le Pro- fesseur Christine Manigand, Monsieur Alain Chatriot, chargé de recherches au CNRS, membres du jury de thèse, nous ont fait part de précieuses cri- tiques, qu’ils trouvent ici le témoignage de notre gratitude. Nous sommes reconnaissants envers les personnes qui nous ont accueillis durant nos recherches et nous aimerions remercier personnellement Léna Adadé et Christine Innocenti à la BNF, Véronique Jago et Saskia Bursens aux AML, Christine Devergne, Mélanie Karli et Franck Veyron à la BDIC, Heike Petraschk et Herbert Karbach aux Archives politiques des Affaires étrangères à Berlin, Dr Susanne Rappe-Weber et Christine Herrberger des Archives du mouvement de jeunesse allemand et Marco pour son accueil dans la capitale allemande. Nous remercions encore les enseignants-chercheurs Dominique Pinsolle de l’Université Michel de Montaigne à Bordeaux et Johannes Grossmann de l’Université de la Sarre à Sarrebruck, le Conseil général du Doubs pour l’aide proposée aux doctorants et enfin Sébastien Galliot, Jacques Maillot, Paul Royer et Vanessa Chanel ainsi que la famille et les amis pour leur sou- tien...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.