Show Less

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Edited By Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXV e Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVI e au XXI e siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).

Prices

Show Summary Details
Restricted access

I. Faire la guerre

Extract

I.1. Relations internationales, diplomatie Jean-Marc Delaunay Professeur d’Histoire contemporaine Université Paris3 – Sorbonne Nouvelle L’Espagne au vent des guerres (fin XVIIIe – début XXIe s.). Entre guerres européennes, coloniales et civiles. Une puissance déphasée ? Pour l’Espagne et la guerre, les historiens espagnols ont surtout réfléchi – à juste titre – sur la société et la sociabilité militaires espagnoles, des thèmes – plus ou moins bien traités – dans le cadre de guerres civiles où l’analyse des interven- tions des corps militaires de toutes sortes a été plus fructueuse et pertinente que dans le cadre de guerres extérieures. Ainsi, la décadence de l’Espagne doit-elle être reliée à son rapport avec la guerre qui n’est pas seulement une rupture de la paix avec l’extérieur, aux frontières – la guerre de voisinage ou de coalition – ou au-delà des mers – la guerre coloniale – mais aussi rupture interne, politique, ethnique, économique et sociale, la guerre civile. Envisager cette tripartition est un exercice qui semble profitable à l’analyse de l’Histoire générale d’une nation. Elle explique surtout l’évolution de sa place, de son classement dans l’inévitable hiérarchie des nations qui mêle cohérence nationale, force stratégique métropoli- taine et projection mondiale, ces deux derniers aspects relevant de l’international. Là encore, c’est à rappeler, des nuances doivent être apportées à chaque type de guerre. Ainsi, la guerre bilatérale de voisinage peut-être isolée ou menée dans le cadre d’une coalition ; quant à la guerre coloniale,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.