Show Less

Silences et dédicaces dans les vers d’Henri Meschonnic. Atelier de lecture-traduction

Series:

Marcella Leopizzi

À côté des blancs marquant des pauses et des blancs renvoyant à des « non-dits », voire à des « non-mots » et à des « avant-mots », de nombreux silences habitent la parole des poèmes d’Henri Meschonnic et participent d’un mouvement-dialogue-dédicace inachevé-inachevable. Suggérée du premier au dernier recueil, cette recherche-dédicace est tellement originale qu’elle est pensée par des expressions néologiques (« et je visage de toi / comme tu visages de moi ») qui relèvent de l’esprit créateur et novateur de ce poète. Strictement liés entre eux, sans commencement ni fin, tous ses recueils expriment l’amour pour la vie et confient à la Poésie la tâche de l’orientation et du salut possible : c’est au Poète de répandre la lumière, même, sur les yeux aveugles … c’est au Lecteur de se laisser illuminer et de vivre poème.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract

Nous venons de parcourir l’ensemble de l’œuvre poétique meschonicienne dans le but d’analyser les nombreux vers- silences et vers- dédicaces ainsi que les expressions néologiques qui y apparaissent. Nous avons proposé une lecture des recueils meschonniciens, en les considérant, en conformité avec ce que Meschonnic a toujours affirmé, comme un continu, un tout- qui- se- tient du premier au dernier vers : C’est une série d’interruption et c’est aussi ce qui fait que sauf au tout début je ne mets plus de majuscules et je ne mets plus de titres parce que les poèmes ne sont que les frag- ments interrompus d’une suite indéfinie de poèmes ; l’unité c’est le livre de poèmes. Sans compter l’unité d’unité qui est l’ensemble de l’écriture des livres au cours d’une vie1. Je sens tout d’un coup quand le poème que je viens d’écrire est le dernier de quelque chose et que s’il y a un poème le lendemain c’est le premier de quelque chose de nouveau que je ne connais pas encore2. Le fait que quelques néologismes, certains vers et, même, des poèmes dans leur intégralité soient repris d’un recueil à l’autre, sans omettre la présence de nombreux aspects communs concernant la typographie, la disposition des vers sur la page et le contenu, constitue une preuve tangible de ce « continu » qui caractérise l’ensemble de la production poétique meschonnicienne. Les poèmes de Meschonnic expriment...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.