Show Less

Parents, pratiques et savoirs au préscolaire

Edited By Gilles Brougère

L’implication des parents comme critère de qualité de l’éducation préscolaire est développée dans de nombreuses études alors même que la réalité contrastée des institutions limite bien souvent leur présence. Mais la place des parents n’est pas une simple question technique. Elle conduit à s’interroger sur les savoirs au sein des pratiques éducatives du préscolaire entendu comme l’ensemble des dispositifs d’accueil et d’éducation pour les enfants de la naissance à six ans.
C’est ce que propose cet ouvrage qui, à partir de recherches réalisées dans différents pays (Belgique, France, Canada, Italie, Chili) tente de comprendre d’une part ce que sont les savoirs du préscolaire, bricolages hétérogènes liés fortement aux pratiques et informés de savoirs scientifiques qu’il convient de contextualiser ; et d’autre part quelle est la relation des parents aux institutions préscolaires et plus encore aux professionnel(le)s qui y travaillent. La question de la relation entre le rôle des parents et la logique des savoirs traverse tout l’ouvrage. Si le savoir préscolaire est lié à la pratique, se construit in situ, les parents peuvent être considérés comme des contributeurs. Ils apprennent pour autant qu’ils puissent participer, mais les professionnel(le)s apprennent également d’eux ; se construisent de la sorte des espaces de rencontre producteurs de savoirs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE. LES PARENTS FACE AUX SAVOIRS DU PRÉSCOLAIRE

Extract

DEUXIÈME PARTIE LES PARENTS FACE AUX SAVOIRS DU PRÉSCOLAIRE 73 Deux ans après L’école maternelle, les parents, les savoirs Pascale GARNIER Université Paris-Est Créteil À l’heure où se développent en France des politiques publiques de prévention précoce et de soutien à la parentalité, la question des savoirs des parents, et tout spécialement de leur diversité, est d’actualité. Elle a d’emblée une dimension sociale et politique qu’a bien montré le travail pionner de Boltanski (1969), par sa critique d’un rapport d’imposition d’un savoir savant aux parents, notamment en milieu populaire, à travers l’intervention de professionnels de la petite enfance. Des travaux comme ceux de Foucault (1975) ont insisté d’une manière générale sur les liens étroits entre production des savoirs et des individus qui se tissent dans les dispositifs d’exercice du pouvoir. La critique d’une dévalorisation des savoirs populaires par rapport aux savoirs scientifiques et celle d’une individualisation des responsabilités parentales restent tout à fait d’actualité comme le montre dans cet ouvrage le travail de Michel Vandenbroeck. En même temps, à partir des années 1980, le dévelop- pement des thématiques interculturelles et des ethnothéories a contribué à faire reconnaître la diversité des savoirs familiaux. Les inégalités sont devenues des différences qu’il importe de prendre en compte, en pre- mier lieu par les professionnels de la petite enfance. Le cas de l’école maternelle en France illustre bien cette injonction croissante, en demandant à ses enseignants...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.