Show Less

Les organisations régionales européennes et la gestion des conflits

Vers une régionalisation de la sécurité ?

Series:

Edited By Gaëlle Pellon and Michel Liégeois

Le continent européen se caractérise par une forte densité en organisations intergouvernementales compétentes dans le domaine de la sécurité. Ces deux dernières décennies, ces organisations ont vu leurs activités se multiplier, alors qu’en même temps les institutions elles-mêmes connaissaient d’importantes évolutions.
Si la littérature consacrée à ces organismes et aux conflits dans la gestion desquels ils furent impliqués est abondante, beaucoup plus rares sont les tentatives d’appréhension globale des activités multilatérales de prévention et de gestion des conflits en Europe. C’est ce vide que s’efforce de combler cet ouvrage collectif en proposant un large panorama des structures institutionnelles, des instruments et des actions des organisations régionales au profit de la sécurité en Europe.
L’originalité de la démarche empruntée est double. Elle réside tout d’abord dans la logique ternaire qui a présidé à l’ordonnancement des contributions. Cette logique correspond aux trois moments clés de la gestion des conflits, à savoir la prévention de leur émergence, de leur expansion et de leur récurrence. La seconde originalité de l’ouvrage réside dans sa volonté d’appréhension holistique de l’action des organisations régionales en Europe. Au-delà des institutions elles-mêmes, c’est bien la capacité globale de l’ensemble de celles-ci à gérer les conflits en Europe qui est évaluée par les auteurs. Les articles d’introduction et de conclusion servent cet objectif en proposant une conceptualisation systématique et en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche liées à l’analyse de la coopération interinstitutionnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le patrimoine urbain : instrument de pacification ou mutation de la violence ? Ward Vloeberghs 303

Extract

303 Le patrimoine urbain : instrument de pacification ou mutation de la violence ? Ward VLOEBERGHS Chercheur à l’Université catholique de Louvain (UCL) Dans la mesure où, souvent, le rôle de la mémoire constitue un élément clé de la réconciliation et, de ce fait, peut contribuer à prévenir la résurgence de la violence, le patrimoine représente une composante particulièrement significative de la gestion des crises et des conflits. Ce constat est d’autant plus vrai que, dans bien des cas, le patrimoine urbain – tout en servant de décor aux hostilités – se trouve être appré- hendé comme dépositaire voire comme agent de cette mémoire et, par là même, est livré au risque de devenir tantôt l’enjeu du conflit, tantôt un instrument de sa transformation. On peut penser à l’exemple de Berlin passant de la fin de la Deuxième Guerre mondiale (décor), à travers la séparation physique de la ville (enjeu) au retour du gouvernement fédéral allemand (transformation) pour illustrer cet état des choses. I. Questions de définitions Afin d’approfondir davantage la problématique esquissée ci-dessus, il convient tout d’abord de poser quelques balises conceptuelles quant au terme de patrimoine. En effet, la notion même de patrimoine ne fait pas l’unanimité. Si certains en ont une conception assez figée et maté- rielle1, d’autres conçoivent le patrimoine comme étant nettement plus fluide, flexible et abstrait. Le patrimoine est alors « cette partie du pass...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.