Show Less

La République démocratique allemande

La vitrine du socialisme et l’envers du miroir (1949-1989-2009)

Edited By Chantal Metzger

L’année 2009 a été marquée par la commémoration, le 9 novembre, du vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Le quarantième anniversaire de la création de la République démocratique allemande, le 7 octobre, a été pratiquement occulté ! Or l’existence de la RDA s’inscrit entre ces deux dates.
Grâce à l’ouverture des archives est-allemandes mais aussi soviétiques, la RDA est devenue un véritable laboratoire d’histoire, à la fois objet et terrain de recherches pour des historiens allemands et étrangers. En France, les images de cette « autre Allemagne » étaient parvenues jusque-là à travers un miroir déformant. Lieu de stéréotypes et mal connue, la RDA a été longtemps considérée comme la vitrine du socialisme. L’ouverture du mur a permis de voir l’autre côté du miroir !
À la lumière des sources nouvellement accessibles, les intervenants du Colloque international des Sciences historiques qui s’est tenu à Nancy du 14 au 16 mai 2009 ont revisité l’histoire de la RDA. Venus d’Allemagne, des États-Unis et de toute la France, ils ont apporté des éléments nouveaux sur la vie quotidienne de cet État (aux niveaux politique, social, culturel et économique) et sur les relations qu’il entretenait avec le monde non communiste et tout particulièrement avec le Tiers-monde. Historiens, germanistes et sociologues présents ont aussi constaté que l’image de la RDA se brouille au sein de la société civile allemande : au « tout n’était pas si mauvais en RDA » des années 1990 a succédé « qu’est-ce qui était mauvais en RDA ? » Alors qu’un néologisme a été créé, l’« ostalgie », pour exprimer cette nostalgie du temps des pays de l’Est, la RDA devient progressivement un lieu de mémoire de l’histoire allemande.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE. LA MÉMOIRE DE LA RDA ET L’« OSTALGIE »

Extract

TROISIÈME PARTIE LA MÉMOIRE DE LA RDA ET L’« OSTALGIE » 9RQ GHU .RQVWUXNWLRQ GHU 9HUJDQJHQKHLW LP NXOWXUHOOHQ *HGlFKWQLV GHU 1DWLRQ (ULQQHUXQJHQ DQ GLH ''5 LQ GHQ RIIL]LHOOHQ )HVWUHGHQ ]XP 2NWREHU 'RURWKHH 5g6(%(5* 8QLYHUVLWp GH +DOOH 1DWLRQDOIHLHUWDJH VLQG VWHWV $QODVV IU HLQH 6HOEVWYHUJHZLVVHUXQJ GHU QDWLRQDOHQ *HPHLQVFKDIW (ULQQHUXQJ LVW KLHUIU HVVHQWLHOO VLH OLHIHUW %DXVWHLQH IU GLH .RQVWUXNWLRQ MHQHU NROOHNWLYHQ ,GHQWLWlW GLH LQ GHU *HJHQZDUW *HPHLQVFKDIW VWLIWHQ XQG LQ GLH =XNXQIW UHLFKHQ VROO ,Q GHQ RIIL]LHOOHQ 5HGHQ ]XP 1DWLRQDOIHLHUWDJ ZLUG LQVRIHUQ 9HUJDQJHQKHLW PLW GHP =LHO NRQVWUXLHUW GLH QDWLRQDOH *HPHLQVFKDIW DXI JDQ] EHVWLPPWH :HUWH XQG ,GHHQ IHVW]XOHJHQ ,QVRIHUQ VSUHFKHQ ZLU PLW -DQ $VVPDQQ KLHU YRQ GHU .RQVWUXNWLRQ HLQHV NXOWXUHOOHQ *HGlFKWQLVVHV (ULQQHUWH (UHLJQLVVH 3HUVRQHQ XQG 'DWHQ GHU *HVFKLFKWH IRUPHQ HLQH (ULQQHUXQJ GLH GXUFK UHJHOPl‰LJH :LHGHUKROXQJ NROOHNWLY YHUSIOLFKWHQG ZHUGHQ VROO :HQQ GLHV GLH Ä*HVHW]Pl‰LJNHLW³ YRQ (ULQQHUXQJVYRUJlQJHQ LP .RQWH[W YRQ 1DWLRQDOIHLHUWDJHQ LVW VR LVW GDPLW DXFK GHU $XVJDQJVSXQNW IRUPXOLHUW YRQ GHP DXV GLH (ULQQHUXQJHQ DQ GLH ''5 LQ GHQ 5HGHQ ]XP 2NWREHU NRQVWUXLHUW ZHUGHQ 'LH $QDO\VH GHU RIIL]LHOOHQ 5HGHQ ]XP 2NWREHU PXVV DOVR GLH )UDJH OHLWHQ ZHOFKH (ULQQHUXQJVILJXUHQ DXI GLH ''5 EH]RJHQ (LQJDQJ LQ GDV NROOHNWLYH NXOWXUHOOH *HGlFKWQLV GHV YHUHLQWHQ 'HXWVFKODQG ILQGHQ =XJOHLFK LVW GDPLW GDV 3UREOHP GHV VSDQQXQJVUHLFKHQ 9HUKlOWQLVVHV ]XU 9LHOIDOW GHV NRPPXQLNDWLYHQ *HGlFKWQLVVHV GHU =HLW]HXJHQ YHUEXQGHQ MHQHU GLH LQ GHU ''5 JHOHEW KDEHQ ZLH MHQHU GLH LQ GHU DOWHQ %XQGHVUHSXEOLN VR]LDOLVLHUW ZRUGHQ VLQG 'LHVH JHWUHQQWH 6R]LDOLVDWLRQ JLOW ]XJOHLFK IU GLH 5HGQHU VHOEVW ZDV GLH...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.