Show Less

Banque et bourgeoisies

La Société bordelaise de CIC (1880-2005)

Hubert Bonin

L’histoire particulière de la Société bordelaise de CIC, créée en 1880 et toujours active (au sein du groupe Crédit mutuel), permet de reconstituer l’évolution stratégique d’une grande banque régionale française.
Ses partenaires et ses clients sont les entreprises, avec quatre bases : la place de Bordeaux, les marchés européens pour les vins et les bois, les outre-mers (notamment africains et indochinois) et le grand Sud-Ouest. Ses compagnons de route sont les bourgeoisies girondines, pour leurs affaires et pour la gestion de leur fortune – avec leurs aléas.
Depuis les années 1960, l’évolution vers la banque de masse a changé la nature de la Société bordelaise, d’où la recomposition de son portefeuille stratégique et de son portefeuille de clients.
L’enracinement d’une banque dans la communauté d’intérêts de sa place est la clé de ce livre, mêlant histoire bancaire et histoire d’entreprise, à propos des stratégies, des savoir-faire, de l’organisation de firme.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 13

Extract

13 Introduction L’histoire de la banque suscite toujours beaucoup de polémiques, de débats ou d’illusions d’un côté, ou, au contraire, elle manque de subs- tance parce que les banquiers rechignent à révéler les « secrets » de leurs activités ou à faire pénétrer dans « le secret des affaires ». Pourtant, l’histoire bancaire est devenue une discipline robuste dans les pays anglo-saxons, avec une solide « école » d’histoire des banques au Royaume-Uni, relayée outre-Atlantique par des équipes de banking and business history dynamiques. En Europe continentale, chaque pays dispose désormais de tranches d’histoire bancaire précises et passion- nantes, soit à l’échelle du secteur dans son ensemble, soit au niveau des entreprises elles-mêmes. En France, les pionniers qu’ont été dans les années 1960 Jean Bouvier, Bertrand Gille et Maurice Lévy-Leboyer ont ouvert la voie à deux générations de chercheurs, dans les années 1970 (Alain Plessis, Louis Bergeron), dans les années 1980 (Michel Lescure, Éric Bussière, Nicolas Stoskopf, Michel Margairaz, nous-même1, en particulier), avant la percée d’une nouvelle strate de jeunes chercheurs (Olivier Feiertag, Patrice Baubeau, Sabine Effosse, etc.). Cela explique que la Société bordelaise ait pu constituer un bon « cas d’étude » pour compléter le « puzzle » que les chercheurs remplissent peu à peu. Cet ouvrage a été le fruit de deux projets « d’histoire appliquée », où l’entre- prise sollicitait le talent de l’historien universitaire pour reconstituer son histoire puis son adaptation aux mutations récentes de l’...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.