Show Less

Les métamorphoses du conte

Series:

Edited By Jean Perrot

La métamorphose est le motif principal des récits merveilleux. Elle constitue l’essence même du processus de transmission de tout conte par l’appropriation que chaque nouveau conteur réalise dans sa parole vivante. Celle-ci n’est pas simple répétition, mais toujours un échange dont le change est donné sous le couvert des mots mêmes: il en est ainsi de ce Petit Chaperon Rouge inaugural que Charles Perrault aurait conçu en dialoguant tacitement avec Jean de la Fontaine dans le contexte de l’oralité savante de l’Académie française.
Ce volume tient compte de la mutation que représente, depuis les bords de la mer Baltique jusqu’à l’Afrique et jusqu’aux terres d’Outre-Atlantique, l’émergence d’une convivialité culturelle internationale présente ici dans la voix de quelques conteurs, qu’il s’agisse des porte-parole de pays anciennement colonisés ou d’autres, soumis, il n’y a pas si longtemps, au joug des occupants. Le conte est l’expression d’une sagesse immémoriale, la revendication de particularismes inaliénables, le moyen le plus sûr de forger ou de ressouder une unité nationale en quête d’une identité renouvelée.
Le livre offre surtout un foisonnement théorique et un va-et-vient de la culture populaire à la culture savante dans le jeu des lectures critiques: historienne, psychanalytique, anthropologique, littéraire. Le conte, Protée exerçant son mirage aux mille facettes, est le miroir où les chercheurs, conteurs à leur manière, explorent une «onde pure» et, néanmoins, si troublante…

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PARTIE ILE POIDS DES ORIGINES : TRANSMISSIONS ET MUTATIONS

Extract

PARTIE I LE POIDS DES ORIGINES : TRANSMISSIONS ET MUTATIONS Platon et les contes de nourrices Michel MANSON Professeur d’histoire de l’enfant, de ses objets culturels et de son éducation à l’université Paris XIII Ce colloque témoigne du renouveau de l’intérêt pour les contes au- quel on assiste ces dernières années, et auquel participe largement l’institut international Charles-Perrault. Nous réexaminons l’histoire des contes, leur rapport au folklore, leur position littéraire, leurs illustrations et leur place dans la littérature de jeunesse et nous constatons aussi un élargissement vers les contes d’autres cultures, africaines par exemple. Pourtant, toutes ces recherches laissent dans l’ombre la réflexion sur la place des contes dans l’éducation que les auteurs de l’Antiquité avaient déjà bien amorcée, en se posant des problèmes que nous retrouverons plus tard, chez les pédagogues de la Renaissance et des Lumières. Nous voudrions contribuer à relancer la recherche dans cette direction, en abordant la pensée platonicienne sur les contes de nourrices. En relisant Platon, nous découvrons finalement que la petite enfance est loin de lui être étrangère, et que, par petites touches discrètes et disséminées dans toute son œuvre, il démontre sa capacité d’observation des petits en- fants. Nous partirons de là, avant d’examiner les textes où il parle des contes et d’en montrer les prolongements. I. Platon, l’enfance et les nourrices Que Platon joue un grand rôle dans l’histoire de l’éducation...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.