Show Less

Paul Nougé

La poésie au cœur de la révolution (2e tirage)

Series:

Geneviève Michel

Cet ouvrage a reçu le Prix triennal Langue et Littérature Joseph Hanse 2011.
Cet ouvrage est une plongée précise dans la rigueur du projet poétique d’un des écrivains les plus radicaux et les plus cohérents du XX e siècle, le surréaliste belge Paul Nougé (1895-1967). Il présente une analyse minutieuse de l’ancrage politique de ses choix et de sa trajectoire dans l’histoire du premier demi-siècle et le dégagement d’éléments que l’on peut considérer comme un passage de témoin aux situationnistes.
Cherchant à mettre en lumière la façon dont Nougé conçoit son engagement révolutionnaire à travers l’écriture, l’auteure éclaire plus précisément la singularité du groupe surréaliste de Bruxelles, notamment par rapport aux proches de Breton.
Un recours attentif aux hypotextes permet de démonter la logique d’intervention du poète bruxellois, et donne lieu à d’importantes découvertes sur sa pratique de l’écriture et de la réécriture, qui, à certains égards, préfigure le détournement des situationnistes. Au fil de cette analyse, menée de façon strictement chronologique, se dessinent presque naturellement plusieurs grandes phases dans une œuvre qui, en dépit de son éclatement, était jusqu’ici considérée comme monolithique en raison de sa cohérence profonde.
Un travail de fond au cœur d’une démarche foncièrement rétive aux récupérations dont le surréalisme fait l’objet. Un travail essentiel qui constitue un préalable à l’étude de textes proprement dite.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion 375

Extract

375 CONCLUSION Le destin de la culture s’insère en pleine lutte des classes, la poésie est au cœur de la mêlée, au cœur de la révolution, c’est elle que l’on martyrise dans les geôles allemandes, qui sanglote et triomphe sur la terre calcinée d’Espagne. Son sort se joue avec celui de tout le prolétariat.1 La poésie « au cœur de la mêlée, au cœur de la révolution », on voit de quelle façon Nougé la conçoit : comme un moyen de changer le monde. Il n’est pas étonnant que cet adepte de l’action collective n’ait pas cherché à se faire reconnaître, et encore moins en tant que « grand poète », la poésie n’étant pour lui qu’une arme de combat et non une façon d’exprimer ses sentiments ou son individualité. De son point de vue marxiste, Nougé se pose la question suivante : comment transformer le monde et changer la vie à partir de la poésie – écrite, peinte ou musicale –, domaine restreint et limité, mais où l’on estime avoir quelques capacités d’action ? Cette question est à la base de sa réflexion sur l’écriture. L’originalité de Nougé en tant que communiste – Marc Quaghebeur l’avait relevé dès 1983 – est de vouloir agir sur l’homme lui-même, l’homme de son époque inséré dans une Histoire et dans des conditions matérielles déterminées. Il voulait agir sur l’esprit de cet homme. Par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.