Show Less

Les horizons de la politique extérieure française

Stratégie diplomatique et militaire dans les régions périphériques et les espaces seconds (XVIe-XXe siècles)

Series:

Edited By Frédéric Dessberg and Éric Schnakenbourg

La question de la politique française dans les périphéries de l’Europe, qui s’étendent de l’Irlande à la Méditerranée occidentale en passant par la Baltique et le Bosphore, implique une réflexion sur la hiérarchisation des priorités diplomatiques et militaires. Dans cet ensemble de régions situé au-delà de son voisinage, la France a des intérêts à défendre. Elle doit pour cela disposer de moyens d’information suffisants pour comprendre des crises lointaines et adapter sa stratégie globale. De là découle le choix d’alliances, de médiations diplomatiques ou d’interventions militaires dans des espaces qui sont la scène de rivalités impliquant aussi bien les puissances régionales que les grands États européens.
Les contributions réunies dans cet ouvrage constituent une analyse nouvelle des moyens utilisés par la France, sur une période de cinq siècles, pour contribuer à son rayonnement et à sa sécurité. À travers l’étude de cas précis et d’analyses transversales, elles dressent un panorama des orientations diplomatiques et de l’emploi de la force militaire dans des espaces lointains où toute action est incertaine, voire périlleuse.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIÈRE PARTIECOMPRENDRE : PERCEPTIONS DES ESPACES ET DES CRISESPERIPHÉRIQUES

Extract

PREMIÈRE PARTIE COMPRENDRE PERCEPTIONS DES ESPACES ET DES CRISES PERIPHÉRIQUES 17 La diplomatie délibérative : André Hurault de Maisse, Henri IV et l’horizon ottoman (1589-1593) Fabrice MICALLEF Université Paris I Panthéon-Sorbonne À partir des années 1570, l’héritage de l’alliance franco-ottomane, initiée à l’époque de François Ier et Henri II, était quasiment resté lettre morte. Les liens entre les Valois et la Porte s’étaient distendus, voire sensiblement détériorés, notamment sous l’ambassade du sieur de Germigny, au début des années 15801. Si Henri III, à partir de 1585, avec l’ambassade de Lancôme, avait amorcé un rapprochement, c’est le règne d’Henri IV qui marque un véritable retour en force de l’intérêt français pour l’horizon turc2. La situation du royaume de France pendant les premières années du règne du Bourbon est catastrophique : la guerre civile fait rage entre les royalistes, qui reconnaissent l’autorité d’Henri IV, et Ligueurs, qui lui refusent l’accès à la couronne en raison de son protestantisme. À cela s’ajoutent les interventions étrangères, notamment de l’Espagne, qui soutient la faction catholique. Sur la scène diplomatique, le Bourbon a une assez bonne fortune, puisque la majorité des ambassadeurs l’a reconnu comme roi dès les lendemains de l’assassinat d’Henri III. Mais il y a tout de même un ambassadeur ligueur : le sieur de Lancôme, représentant de la couronne à Constanti- 1 Bérenger Jean, « Les vicissitudes de l’alliance franco-turque...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.