Show Less

Humaniser le travail

Régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail (1929-1969)

Series:

Edited By Ayla Aglan, Olivier Feiertag and Dzovinar Kévonian

Cet ouvrage analyse l’histoire de l’Organisation internationale du travail de 1929 à 1969, période au cours de laquelle le travail humain est marqué par de profondes mutations économiques et politiques. De la crise de 1929 à la fin de la croissance exceptionnelle des années 1950 et 1960, en passant par l’expérience extrême de la Seconde Guerre mondiale, les sociétés mondiales ont été confrontées à l’apogée de l’industrialisation et à la mise en place des totalitarismes puis des démocraties sociales.
Ces évolutions ont renouvelé la question du travail humain dans son double rapport à la liberté et à la contrainte, qu’elle soit de nature technique, économique ou politique : comment humaniser le travail ? Cette question est au cœur de l’expertise et des pratiques de l’OIT. Située à l’intersection des différents régimes économiques et politiques, l’institution internationale définit un projet de société mondiale, propre à restituer le phénomène du travail dans sa dimension véritablement sociale. Cet ouvrage éclaire ce processus en mettant en évidence la réalité proprement transnationale, et donc globale, de l’OIT.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE1940-1948. L’OIT ET LA QUESTION DU TRAVAIL HUMAINDE LA GUERRE AUX LIBÉRATIONS

Extract

DEUXIÈME PARTIE 1940-1948 L’OIT ET LA QUESTION DU TRAVAIL HUMAIN DE LA GUERRE AUX LIBÉRATIONS 91 Jef Rens : l’expérience de la guerre et l’OIT Pierre TILLY Université catholique de Louvain et université de Lille III Conseiller du gouvernement belge en exil à Londres durant la Se- conde Guerre mondiale, le syndicaliste socialiste belge, Jef Rens est un proche collaborateur du ministre Paul-Henri Spaak. Il va jouer durant cette période un rôle clé dans la préparation de l’après-guerre de la Belgique notamment au travers de contacts étroits entretenus avec l’OIT et le BIT. Dans cette action volontariste, ses atouts ne sont pas minces. On relève la force de son militantisme syndical et politique axé vers la réalisation d’une plus grande justice sociale, son réseau d’influence dans les milieux politiques belges et internationaux et des capacités d’analyse et d’interprétation sur le plan intellectuel hors normes dans le milieu ouvrier de son époque. Des qualités qui vont lui permettre non seule- ment de contribuer de façon majeure à la préparation de l’après-guerre en Belgique au plan de la politique économique et sociale mais l’impact de son action va également faire sentir ses effets au niveau international notamment par son activisme en faveur du maintien de l’activité de l’OIT en pleine guerre. Il est tout autant impliqué dans le débat sur la réforme de l’institution, une orientation qu’il juge, comme d’autres personnalités de premier plan, nécessaire...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.