Show Less

Humaniser le travail

Régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail (1929-1969)

Series:

Edited By Ayla Aglan, Olivier Feiertag and Dzovinar Kévonian

Cet ouvrage analyse l’histoire de l’Organisation internationale du travail de 1929 à 1969, période au cours de laquelle le travail humain est marqué par de profondes mutations économiques et politiques. De la crise de 1929 à la fin de la croissance exceptionnelle des années 1950 et 1960, en passant par l’expérience extrême de la Seconde Guerre mondiale, les sociétés mondiales ont été confrontées à l’apogée de l’industrialisation et à la mise en place des totalitarismes puis des démocraties sociales.
Ces évolutions ont renouvelé la question du travail humain dans son double rapport à la liberté et à la contrainte, qu’elle soit de nature technique, économique ou politique : comment humaniser le travail ? Cette question est au cœur de l’expertise et des pratiques de l’OIT. Située à l’intersection des différents régimes économiques et politiques, l’institution internationale définit un projet de société mondiale, propre à restituer le phénomène du travail dans sa dimension véritablement sociale. Cet ouvrage éclaire ce processus en mettant en évidence la réalité proprement transnationale, et donc globale, de l’OIT.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusions 247

Extract

247 Conclusion Robert FRANK Professeur à l’Université Paris 1 Les contributions qui précèdent montrent de nombreuses conver- gences. Tout d’abord, elles insistent sur la dimension politique de la question du travail, de la problématique de l’humanisation du travail, à travers l’action de l’OIT. Bien que les archives de cette organisation, comme celles de toutes les organisations internationales, contiennent beaucoup de langue de bois, montrent beaucoup de postures déclaratives et techniciennes, les historiens ont su ici, en consultant également des archives nationales, s’interroger sur le sens politique des discours et des actes des hommes de l’OIT. En second lieu, comme l’a souligné Patrick Fridenson1, il est bon de croiser l’histoire interne et l’histoire externe de cette dernière, l’histoire de son fonctionnement intérieur et l’histoire de ses relations extérieures avec le monde. Enfin, cette démarche a permis de jouer sur les échelles, d’esquisser une histoire à la fois nationale, internationale et transnationale de l’OIT. Il s’agit en effet d’une histoire qui retrace les influences de certains États nationaux sur l’organisation, qui situe la place de cette dernière dans les relations internationales, qui mesure l’influence des connections et des phénomènes d’intégration transnationale induits par la circulation des idées, des normes et des pratiques. De fait, les convergences relevées dans les pages précédentes nous font réfléchir à la contribution de l’OIT au processus de mondialisa- tion, que l’on peut appréhender à travers trois thématiques : les caracté- ristiques des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.