Show Less

Lisa

Recherche éthique / Préface : Marcel Voisin / Traduction et adaptation : Nicole Decostre

Matthew Lipman and Ann Margaret Sharp

« Cultivons notre jardin ! » écrivait Voltaire. Notre jardin éthique en particulier, car l’éthique s’invite au cœur de notre vie quotidienne comme dans les grands problèmes de l’Humanité, en tous temps, en tous lieux, en toutes circonstances.
La méthode ici exposée cherche à donner des pistes d’interrogation et de travail sur la recherche éthique. Sous la forme d’un manuel, cet ouvrage donne les clés nécessaires pour appréhender toute problématique éducative, en famille comme à l’école, au travail comme dans les loisirs.
On trouvera une illustration de la recherche éthique à travers le roman Lisa, édité en parallèle chez PIE Peter Lang, qui rend compte des aventures d’une jeune adolescente curieuse et volontaire.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE VIII 269

Extract

269 CHAPITRE VIII Préface Ce chapitre débute par une note sobre, une brève référence à la mort du père de Lisa. Au lieu de dire à son père : « Cela pourrait bien t’arriver aussi ! », Harry oriente la conversation sur le fait de fumer et également sur le fait que, malgré les nombreuses mises en garde et une condamnation générale, les gens continuent à le faire. Au cours de cette discussion, il se demande s’il peut exister des pratiques qui seraient condamnées par superstition ou par tradition alors que, contrairement à la cigarette, elles sont totalement inoffensives. Quand M. Stottlemeier admet qu’il peut arriver que la société puisse condamner des habitudes inoffensives, Harry en vient à se demander si le monde n’est pas dingue… Harry aborde alors le problème de la cause : pourquoi son père fume-t-il et pour- quoi sa mère mange-t-elle trop ? Il émet l’hypothèse que cela puisse être les tracas. Tout en restant évasif, son père lui fait part de son souci, voire de son angoisse, sur la manière dont le monde évolue. Harry présente alors ce qui, pour lui, est un fait incontestable : il croit au progrès ; le monde va de mieux en mieux ; c’est d’ailleurs ce que tout le monde dit. M. Stottlemeier n’est absolument pas d’accord et se demande si le critère « c’est d’ailleurs ce que tout le monde dit » est suffisant pour lui donner tort. Son argument, c’est que les syst...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.