Show Less

Absence, enquête et quête dans le roman francophone

Edited By Alice Delphine Tang and Patricia Bissa Enama

La thématique du crime, de l’enquête ou du suspect, en termes de vraies et de fausses pistes, suffit-elle encore pour faire avancer la recherche sur les frontières entre le roman policier et les autres formes du récit ? Cette question est au centre des réflexions de ce livre.
Cet ouvrage explore les zones opaques de l’écriture romanesque et ses voiles identitaires et imaginaires. Il aide à mieux décrire la production de sens dans le roman par le biais des modèles issus de la linguistique, de la pragmatique, de la sémiologie, de la poétique et de la narratologie, qui ouvrent plusieurs perspectives sur l’aspect mystérieux du récit romanesque dont l’œil narratif accompagne le silence des personnages et engage le lecteur dans une vaste entreprise d’élucidation.
Il exploite les ressorts épistémologiques et esthétiques d’un type de narration fondée sur le manque et l’inadaptation.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Celle qui n’était plus… L’enquêteur comme figure oedipienne inaccomplie Isabelle-Rachel CASTA 185

Extract

185 Celle qui n’était plus… L’enquêteur comme figure œdipienne inaccomplie Isabelle-Rachel CASTA Université de Picardie Jules Verne d’Amiens Aucune guerre ne s’était jamais arrêtée. Elles s’étaient toutes poursuivies par les paix qui les séparaient de la suivante. La dernière de toutes les guerres les séparerait de la dernière de toutes les paix. La Paix Totale, Uni- verselle, la Paix-Monde. La Paix-Oméga.1 Presque toutes les enquêtes criminelles commencent par un constat de carence : dans le continuum harmonieux du monde, quelque chose – la plupart du temps quelqu’un – a cessé, brutalement, d’être. Cette absence peut, par une arborescence fatale, contaminer et saturer les vies, les projets, les amours des proches de la victime, ou passer complètement inaperçue, ou encore renvoyer spéculairement à toute une série d’abandons et de pertes préalables, réactivées par la stridence du crime, la béance de la faute. On verra que le monde roma- nesque de Gaston Leroux correspond assez fidèlement à ce modèle ; à travers le meurtre (raté) d’une jeune savante au parfum pénétrant, l’enquêteur Rouletabille voit se réactiver une tragédie passée, intime : celle de son abandon par une femme qui portait justement cette inoubliable fragrance… La sauvagerie physique de l’agression contre Mathilde Stangerson renvoie ainsi à la sauvagerie psychologique de l’absence de mère. Autour de ce même deuil, de ce même dol, l’enquête va se configurer, conjuguant les deux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.