Show Less

Stéréotype et lecture

Essai sur la réception littéraire

Series:

Jean-Louis Dufays

Le rôle fondamental joué dans l’acte de lecture par les divers niveaux de stéréotypie disponibles dans la mémoire collective avait déjà été évoqué maintes fois au cours du XX e siècle, mais l’étude systématique de leur impact dans la compréhension, l’interprétation et l’évaluation des textes littéraires restait à entreprendre. C’est à cette tâche que s’est attelé J.-L. Dufays. Passant en revue les codes de la lecture, les phases de son déroulement et les diverses modalisations dont le sens peut faire l’objet, il montre que tout lecteur se meut dans un jeu de reconnaissance et d’ignorance, de participation et de distanciation à l’égard des stéréotypes du texte, et il suggère que l’exploitation maximale de ces tensions pourrait constituer la forme la plus aboutie de la réception littéraire. La partie majeure de l’étude, qui concerne les modes d’énonciation et les effets de lecture auxquels les stéréotypes se prêtent, montre que c’est toute la logique de l’analyse littéraire et toute l’historicité de la littérature qui se trouvent renouvelées par la prise en compte de cette problématique.
Éclairant dans ses synthèses, pointu dans ses analyses, cet ouvrage ambitieux effectue nombre de mises au point dont nulle théorie de la lecture et de la littérature ne peut faire l’économie. Publié pour la première fois en 1994, il fait l’objet d’ici d’une deuxième édition actualisée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

SIXIÈME PARTIE. VERS UNE ANALYSE DES LECTURES

Extract

SIXIÈME PARTIE VERS UNE ANALYSE DES LECTURES 311 Préliminaires Que serait la théorie sans le passage à l’acte ? Après ces longs cha- pitres consacrés à l’étude des codes et des processus qui régissent la lecture, ainsi qu’à l’inventaire des fonctions et des effets liés aux phé- nomènes de stéréotypie, il est temps d’expérimenter l’usage concret qui peut être fait de ces concepts dans la lecture de textes intégraux. Mon objectif dans cette dernière partie sera de montrer que les principes et les outils de la théorie de la lecture peuvent contribuer à mettre au point une méthode d’analyse des lectures simple et cohérente. Deux études vont être proposées, qui porteront sur des récits d’ampleurs et de registres très différents : une nouvelle de Frédérick Tristan, Le train immobile, et l’unique roman de la Belge Madeleine Ley, Olivia. Ces études étaient à l’origine des contributions à des travaux col- lectifs de commande : les textes n’ont donc pas été choisis pour les besoins de mes démonstrations. Ma démarche ici sera de décrire comment s’élaborent les lectures. Il ne s’agira donc pas tant d’analyser des textes que de mettre en scène des lectures particulières et d’étudier comment un lecteur a le pouvoir de problématiser la question du sens. Bien entendu, l’orchestration d’une telle mise en scène suppose une certaine part d’artifice : cette étude n’est pas le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.