Show Less

Innovations et transferts de technologie en Europe du Nord-Ouest aux XIXe et XXe siècles

Series:

Edited By Jean-François Eck and Pierre Tilly

L’innovation suscite de fréquents débats chez les spécialistes de sciences sociales. Cet ouvrage tente d’y apporter une contribution en adoptant le point de vue de l’histoire économique. Il recense les acteurs, les cheminements et les processus de l’innovation dans un espace et une période spécifiques.
Il met plus particulièrement l’accent sur le XIX e siècle, souvent négligé dans la recherche, et ne se borne pas aux innovations de produits ou de procédés de fabrication, mais traite aussi celles portant sur la commercialisation et l’organisation. Des problèmes cruciaux sont abordés comme la formation professionnelle et la protection juridique de l’innovation.
Premières concernées par l’innovation, qu’elles en soient originaires ou destinatrices, les entreprises conçoivent à partir d’elle de véritables stratégies, organisant parfois de complexes transferts de technologie. L’ouvrage en donne plusieurs exemples, montrant que le phénomène, loin de se limiter aux grands groupes, concerne aussi des entités ou des compagnies de taille plus modeste.
Il souligne par ailleurs l’ampleur des enjeux de l’innovation, tant au plan local que régional, national ou international. Dans plusieurs contributions, le recours aux méthodes et aux concepts récemment utilisés en sciences sociales (analyses de réseaux, path dependency, systèmes régionaux d’innovation) permet le renouvellement en profondeur des analyses.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

QUATRIÈME PARTIEPOLITIQUES DES INNOVATIONSET DES TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE

Extract

QUATRIÈME PARTIE POLITIQUES DES INNOVATIONS ET DES TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE 235 Amélioration de l’environnement urbain et transferts de technologie entre la France et ses voisins nord-européens (années 1880-années 1910) Stéphane FRIOUX Chercheur associé à l’ENS, Université de Lyon Au tournant des XIXe et XXe siècles, un nombre croissant de villes européennes (et nord-américaines) se sont trouvées devoir faire face à la question de l’hygiène urbaine, soulevée par des médecins, des réformateurs sociaux et un certain nombre d’ingénieurs et d’entre- preneurs intéressés par la création d’un marché du génie sanitaire ou technologie sanitaire, c’est-à-dire les techniques d’ingénierie visant à sécuriser l’environnement des citadins sur le plan sanitaire : approvi- sionnement en eau potable de qualité bactériologique satisfaisante, évacuation rapide et étanche des eaux usées, collecte et destruction hermétiques des ordures ménagères1. L’épuration de l’eau destinée à la consommation citadine, quand sa qualité devenait douteuse, celle des eaux rejetées par les égouts dans les rivières et fleuves traversant ou bordant les agglomérations, ainsi que l’évacuation rapide et la destruction des ordures ménagères, devinrent un sujet de discussions passionnées, tant dans les sociétés spécialisées que dans certains conseils municipaux2. Ces questions furent soulevées, dans le cas français, tantôt à la suite d’une crise locale (épidémies de fièvre typhoïde à Cherbourg en 1892 et à Avignon...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.