Show Less

Esquisses d’une Europe nouvelle

L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939)

Series:

Geneviève Duchenne

Alors que ce n’est qu’à partir des années 1950 que le projet européen se traduit dans les institutions et dans les politiques, l’idée européenne, suscite déjà, et ce, dès l’entre-deux-guerres, de multiples initiatives.
Cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat, souhaite apporter une contribution originale à la connaissance des courants européistes qui fleurirent dans la Belgique des années 1920 et 1930.
Fondé sur l’exploitation de sources multiples et inédites, il révèle la richesse insoupçonnée des projets et des mouvements engendrés dans le contexte de l’Europe de Versailles. Invitant à découvrir l’Europe telle que la conçurent la génération de la guerre et celle de la crise à travers leurs cadres mentaux, chronologiques et géographiques, cette étude met en lumière le rôle des cercles, des milieux ainsi que des moments-clés.
Elle place enfin l’accent sur les lieux qui de Genève à Vienne et Paris, puis de Bruxelles à Berlin, incarnent l’européisme de l’époque.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Annexes 663

Extract

Annexes I. Allocution de Raymond Le Ghait au Premier Congrès paneuropéen de Vienne (4 octobre 1926)1 En rentrant hier soir de la belle fête qui nous a été si gracieusement offerte par son Excellence M. le Chancelier Fédéral, j’ai trouvé un télé- gramme du ministre des Affaires étrangères de Belgique M. Vandervelde me priant de représenter le gouvernement belge aux séances du congrès paneuropéen. Je suis heureux et fier de pouvoir siéger ici parmi vous. Ma présence ici prouve l’intérêt tout spécial que le Gouvernement du Roi porte à la belle œuvre lancée par M. Richard Coudenhove-Kalergi, qui a rencontré les sympathies de tous, qui a fait vibrer tous les cœurs. Ceux qui sont au courant de la politique européenne n’ignorent pas les efforts incessants et énergiques des hommes politiques belges pendant ces dernières années pour obtenir, soit à Genève, soit dans les nombreux conseils des Puissances, des solutions conciliantes, des solutions qui puissent servir de base à la bonne entente et au rapprochement de tous. La culture bilingue de la Belgique la prépare tout naturellement à servir de trait d’union entre les puissances voisines et elle s’honore à rem- plir cette mission. Le peuple belge est travailleur et pacifique malheureu- sement, la Belgique a été à différentes reprises le champ de batailles de l’Europe, elle connaît toutes les horreurs de la guerre. Aujourd’hui, le peuple belge conscient et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.