Show Less

Parcours transnationaux de la démocratie

Transition, consolidation, déstabilisation

Series:

Renée Fregosi

Les formes nouvelles de mondialisation à l’œuvre depuis une trentaine d’années ont accéléré la diffusion internationale de concepts et de visions du monde, de projets de société et de paradigmes de développement. Elles ont également favorisé la concomitance de changements de référentiels et la reproduction de processus politiques dans des situations locales diverses. De l’Europe méridionale à l’Afrique et l’Asie en passant par l’Amérique latine et l’Europe de l’Est, les transitions à la démocratie des années 1970-1990 ont ainsi ouvert de nouveaux chantiers intellectuels. La science politique, invitée à réactiver ses théories de la démocratie, a considérablement élargi le champ du comparatisme interrégional en proposant de nouveaux universaux.
Les élections justes et libres d’une part, la justice transitionnelle d’autre part, ont constitué les fondements à plus ou moins court terme des démocraties restaurées, légitimant les nouveaux régimes nés sur les décombres de l’autoritarisme et ouvrant la voie à la consolidation démocratique. Toutefois, les exigences de la « bonne gouvernance » ont rapidement standardisé ces pratiques en leur conférant de nouvelles significations politiques, parfois très éloignées de leurs objectifs originels. C’est dans ce contexte que le populisme est (re)devenu une figure importante du jeu politique contemporain pour s’imposer, durant les années 2000, comme une forme d’exercice du pouvoir dominante dans le monde. On observe alors une série de glissements ou de renversements parfois inattendus entre démocratie et autoritarisme, tant dans l’ordre des discours que dans celui des pratiques, qui témoignent de la perpétuelle imbrication de modes de gouvernement souvent pensés comme antinomiques et de la polymorphie démocratique au seuil du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 1. Les transitions : un état naissant de la démocratie 29

Extract

29 CHAPITRE 1 Les transitions : un état naissant de la démocratie Vouloir comprendre les transitions à la démocratie des années 1980 et 1990 et leur théorisation nous contraint à un effort de remémoration et d’imagination assez important. Cette petite vingtaine d’années de dis- tance représente, en effet, un véritable changement d’époque qu’il faut avoir à l’esprit tout au long de cet ouvrage. Ce qui se présente à nous aujourd’hui comme une nécessité évidente – mettre fin aux régimes autoritaires et répressifs – commençait tout juste à rapprocher les enne- mis politiques d’hier. Ce qui semble aller de soi aujourd’hui – favoriser l’instauration de démocraties fondées sur des élections libres – consti- tuait alors parfois une vraie révolution copernicienne. Ce que nous rejetons ou critiquons profondément aujourd’hui – la chute des appareils étato-centriques et la libéralisation sans contrôle du marché – apparais- sait en ce temps-là comme des avancées indispensables. Surtout, les mouvements historiques que l’on retrace rétrospecti- vement de façon linéaire dans leur trajectoire temporelle ne se sont nullement constitués de la sorte. Faits d’avancées et de reculs, de con- tradictions et de malentendus, mettant en œuvre des processus fonciè- rement ambivalents et complexes, les changements de régimes des années 1980-1990 procèdent tout autant de hasards que d’enchaînements nécessaires. Et ce qui a été érigé en mod...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.