Show Less

John Law

Économiste et homme d’État

Series:

Antoin E. Murphy

Antoin E. Murphy nous livre ici la biographie intellectuelle d’une des personnalités les plus fascinantes de l’Europe de l’Ancien Régime, John Law (1671-1729). John Law chercha fortune à Londres, dont il s’enfuit en 1695. On le retrouve ensuite aux plus belles tables de jeu de l’Europe. Tout autre que lui se serait satisfait de cette vie de luxe et d’oisiveté, mais John Law avait une vision. Il croyait que l’économie basée sur les pièces d’or et d’argent allait irrémédiablement s’effacer devant un monde nouveau où les billets émis par les banques et les papiers de crédit seraient désormais la seule monnaie en circulation.
Cette vision, il voulut tout d’abord la partager avec le parlement écossais, sans succès. Il la proposa ensuite au duc de Savoie, puis une première fois au roi de France, en vain. La mort de ce dernier, en 1715, et la situation financière exécrable dans laquelle il laissait la France allait toutefois offrir à Law une nouvelle opportunité. Avec l’amitié et la confiance de Philippe d’Orléans, le Régent, John Law bâtit son système qui allait révolutionner son époque en créant une nouvelle monnaie et en provoquant le premier boom et krach boursiers en Europe.
En resituant l’homme dans le contexte de son époque, en expliquant ses théories économiques au regard de celles de notre temps, Antoin E. Murphy nous invite à redécouvrir cet auteur essentiel pour comprendre l’origine et les risques des instruments financiers modernes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE XX - Un possible retour en France 403

Extract

CHAPITRE XX Un possible retour en France II &ait agenouilk devant ses juges. « M. Law vous avez esk condam- ne a estre pendu, pour le meurtre que vous avez commis en la personne de M. Wilson. » II dut avoir une impression de dejä vu, dejä entendu.' 11 &ait &jä passe par lä. Avait-il vraiment besoin de traverser de nouveau cette preuve ? La scne se d&oulait ä Londres, au daut du mois de &cem- bre 1721. Sa condamnation pour le meurtre d'Edward Wilson en 1694 &ait soumise ä un 1.- examen rapide, car Law avait deman& un pardon officiel au roi. 11 avait &jä obtenu un premier pardon le 16 novembre 1717,2 mais une paitence äait n&essaire pour l'absolution compkte. Lors d'une cmonie formelle en prsence du chancelier anglais, Law fut prsenk ä ses juges par six pairs du royaume, le duc d'Argyll, Lord Ilay, Lord Orkney, Lord Selkirk, Lord Londonderry et le comte d'Essen. Agenouilk devant les juges, Law demanda officiellement le pardon, ce que le chancelier lui accorda.3 Le caract&e formel de la c&monie indi- quait que Law &ait rentre en gräce auprs des autoriks anglaises. Si son exp&ience au Contröle gh&al avait ete consi&r& comme catastrophi- que, les autoriks n'auraient pas pris la peine d'organiser une c&monie aussi elaboree. Les principaux partisans de Law ä Londres &aient tou- jours les fr&es Campbell, le duc d'Argyll et Lord Ilay. Ils avaient soutenu le projet de banque fonckre ecossaise en 1705. Ils...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.