Show Less

John Law

Économiste et homme d’État

Series:

Antoin E. Murphy

Antoin E. Murphy nous livre ici la biographie intellectuelle d’une des personnalités les plus fascinantes de l’Europe de l’Ancien Régime, John Law (1671-1729). John Law chercha fortune à Londres, dont il s’enfuit en 1695. On le retrouve ensuite aux plus belles tables de jeu de l’Europe. Tout autre que lui se serait satisfait de cette vie de luxe et d’oisiveté, mais John Law avait une vision. Il croyait que l’économie basée sur les pièces d’or et d’argent allait irrémédiablement s’effacer devant un monde nouveau où les billets émis par les banques et les papiers de crédit seraient désormais la seule monnaie en circulation.
Cette vision, il voulut tout d’abord la partager avec le parlement écossais, sans succès. Il la proposa ensuite au duc de Savoie, puis une première fois au roi de France, en vain. La mort de ce dernier, en 1715, et la situation financière exécrable dans laquelle il laissait la France allait toutefois offrir à Law une nouvelle opportunité. Avec l’amitié et la confiance de Philippe d’Orléans, le Régent, John Law bâtit son système qui allait révolutionner son époque en créant une nouvelle monnaie et en provoquant le premier boom et krach boursiers en Europe.
En resituant l’homme dans le contexte de son époque, en expliquant ses théories économiques au regard de celles de notre temps, Antoin E. Murphy nous invite à redécouvrir cet auteur essentiel pour comprendre l’origine et les risques des instruments financiers modernes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE XXI - Mort à Venise 419

Extract

CHAPITRE XXI Mort ä Venise Venise et son peuple, nds pour fleurir et tomber, Ici sur terre, leurs fruits ils ont portd mais n'ont rdcoltd que rires et folies : Que restait-il au fond, je me le demande, quand les baisers devaient prendre fin ? (Browning, A Toccata of Galuppi's) Malgrd un long et majestueux ddclin depuis son apogde ä Pdpoque de la Renaissance lorsqu'elle imposait son emprise sur la Mdditerrande tout entiere, Venise demeurait un haut lieu de la culture dans les anndes 1720. Musique et art fleurissaient dans une ville oü il faisait bon vivre et oü les amusements ne manquaient pas, avec en premi&e place, le carnaval an- nuel. Dans cette ville sensuelle parcourues de canaux langoureux, les palais brillaient de mille feux, les places dtaient spacieuses et les dglises richement ddcordes. Au milieu des visages masquds qui voltigeaient de bal en bal, Law pouvait aussi apprdcier la musique d'Antonio Vivaldi, maitre de chceur ä l'orphelinat de jeunes 011es de la Pietä. Les visiteurs dtaient attirds par les programmes d'opdras, de concerts, de bals, de processions, de fdIes, sans oublier l'interminable carnaval. Ils venaient dgalement y acqudrir les toiles d'artistes renommds tels que Giovanni Antonio Canal, plus connu sous le nom de Canaleto (1697- 1768), Rosalba Carriera (1675-1757), Gianantonio Guardi (1699-1760), Giovanni Antonio Pellegrini (1675-1741), Marco Ricci (1676-1729) et Giambattista Tiepolo (1696-1770). Parmi ceux-ci, Rosalba Carriera avait exdcutd le portrait de Law, alors au sommet de sa gloire en 1720, lors- qu'elle s'dtait rendue ä Paris ä l'invitation de la famille Crozat. Law...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.