Show Less

Liban-Syrie : inextricables destins ?

Étude des relations libano-syriennes de 1998 à 2006

Series:

Elisabeth Meur

Malgré un sentiment profond d’affinité, les relations libanosyriennes sont, dès l’origine, altérées par des aspirations antagonistes. À travers l’étude de la période charnière entre la fin de l’occupation israélienne en 2000 et le retrait des troupes syriennes du Liban en 2005, ce livre rend compte des multiples enjeux des interactions entre les deux pays arabes.
Le tissu conflictuel qui lie Beyrouth à Damas est analysé à la lumière des perceptions des acteurs politiques et médiatiques grâce à des entretiens menés au pays du Cèdre. Ces données s’inscrivent dans une grille d’analyse à la fois historique et politique.
La puissance et l’intérêt national offrent deux clés de lecture originales qui illustrent l’imbrication des niveaux, depuis la lutte de personnalités au cœur du pouvoir aux enjeux politiques internationaux en passant par les intérêts régionaux. Cet ouvrage apporte un éclairage critique et nuancé sur les questions essentielles qui structurent les relations libanosyriennes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

TROISIÈME PARTIE CONFLITS LA CRISE, DU LOCAL À L’INTERNATIONAL

Extract

133 CHAPITRE I Le Liban dans une spirale infernale I. Le dialogue national « Le Liban est un pays consensuel qu’on doit inventer continuelle- ment »1 expliquait le journaliste J. Samaha en 2006. Il est vrai que le pays du Cèdre se construit, se déconstruit et se répare cycliquement. C’est ainsi que le « dialogue national »2, du nom de la réunion des prin- cipaux leaders politiques du pays, est lancé dans le but de sortir de l’impasse. Impasse due, entre autres, à une difficile cohabitation avec le chef de l’État, accusé de prosyrianisme, à un manque de solidarité gouvernementale et à l’absence d’une composante chrétienne majeure. En effet, la formation du cabinet Siniora a souffert, dès le départ, de l’absence de représentants du populaire courant aouniste3. L’objectif poursuivi dans ce chapitre est de montrer, à travers l’étude minutieuse d’une succession d’évènements, comment émergent les conflits sur la scène politique libanaise. Au-delà des phénomènes con- joncturels, la méfiance réciproque des dirigeants libanais est un principe structurant de la « mésentente » politique. Nous présenterons en détail les rebondissements et la montée des tensions en 2006 tels qu’énoncés par les différents protagonistes de l’époque. Le 2 mars 2006, les principales figures politiques libanaises de l’opposition et de la majorité se retrouvent, à la demande du président de la Chambre N. Berry, pour apporter une solution aux sujets conflictuels. Le contexte à l’époque est caract...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.