Show Less

Le sens grammatical

Référentiel à l’usage des enseignants – Deuxième édition revue et augmentée

Series:

Dan Van Raemdonck, Marie Detaille and Lionel Meinertzhagen

Ceci n’est pas une grammaire. Quoique. N’est-il pas présomptueux de vouloir rajouter une grammaire à la grammaire ? Cependant, les enseignants que nous rencontrons depuis plusieurs années maintenant ressentent et pensent la grammaire comme arbitraire et dogmatique, peu systémique. Leur attitude révèle une certaine insécurité face à la matière à enseigner. D’où la démarche entreprise de rédiger un référentiel grammatical à leur usage. Plutôt qu’une parole dogmatique, nous proposons un chemin progressif d’acquisition, comme en spirale.
L’appropriabilité du discours grammatical dépend, selon nous, de la réinstauration du sens. En effet, si le savoir a du sens pour l’apprenant, si le système présenté est organisé de manière cohérente et ne se réduit pas à une classification ou à un étiquetage décalés de l’usage et de la construction/interprétation de la signification, la grammaire, qui n’est dès lors plus orthocentrée, apparaitra plus en phase avec la langue telle que l’exploitent les divers usagers. Elle ne sera plus vue comme un discours abstrait et inappropriable car inadapté.
Dans cette perspective, nous avons interrogé le savoir à transmettre, révisé le discours sur la langue afin de nous assurer de sa justesse – celui-ci ayant trop souvent été constitué en savoir presque en soi –, de sa cohérence et de son appropriabilité, et proposé une « linguistique applicable ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

INTRODUCTION 13

Extract

13 0 Introduction1 0.1 Un constat sans équivoque : l’inefficacité des modèles théoriques traditionnels Dans le triangle pédagogique Savoir-Enseignant-Apprenant, on a pris soin de questionner tous les rapports et relations entre les trois pôles, mais on a oublié, pour le français, de questionner le savoir grammatical, considéré par des didacticiens, non spécialistes de la grammaire, comme le donné quasi catéchistique à transposer didactiquement. Cependant, ce donné ne va pas de soi. Et la meilleure transposition didactique ne pouvant offrir que ce qu’elle a, si elle a pour départ des prémisses fausses, un savoir qui charrie scories et apories, elle ne pourra atteindre l’objectif légitime d’appropriation du système de la langue et des compétences linguistiques y afférentes. C’est sur cette question du savoir à transmettre – et, ipso facto, sur celle des modalités spécifiques de la transmission de ce savoir – que nous avons choisi d’intervenir, pour montrer que le savoir pris comme point de départ ne permet pas d’accomplir la mission que l’on s’est assignée. Partant, la valeur de formation des esprits à la rigueur et à la logique que l’on associe souvent à l’apprentissage de la grammaire n’a plus de fondement. On ne peut ignorer par ailleurs la question de la représentation du savoir grammatical que se font, se sont coonstruite, les différents interve- nants du processus d’enseignement. Tant l’enseignant que l’apprenant ont une image de la grammaire – généralement réduite à sa composante orthographique et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.