Show Less

«Todo más claro, El Contemplado, Confianza» de Pedro Salinas

Une écriture poétique entre contemplation et engagement

Bernadette Hidalgo Bachs

Cet ouvrage qui se veut pionnier nous confronte à l’univers de la dernière étape poétique de Pedro Salinas, grand poète espagnol, contemporain de Federico García Lorca. L’étude et l’interprétation approfondie de ses poèmes visent à mettre en lumière une quête de paix et d’absolu dans un univers à la fois serein, inquiétant et menaçant, selon qu’il évoque la contemplation de la mer, celle du monde urbain ou la question de la guerre.
Le poète est cet homme que nous sommes, essayant de trouver un sens à sa vie face à l’absurdité, ou soumis aux tensions d’une recherche de bonheur dans un environnement où se mêle harmonie, calme, angoisse et vaine agitation. Pedro Salinas, ayant choisi l’auto-exil, exprime au plus haut degré sa quête de l’être, exacerbée par la perte.
Concéder l’éternité aux êtres et aux choses en les fixant pour toujours sur la feuille blanche, telle est la mission qu’assigne Pedro Salinas au poète, en exprimant par des choix expressifs alliant tradition et modernité une conception de l’homme ancrée dans une espérance humaniste et confiante en la transmission intergénérationnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction générale 11

Extract

11 Introduction générale C’est lors de son séjour à Puerto Rico de 1943 à 1946, et plus préci- sément pendant les deux premières années, que Pedro Salinas1 écrit El Contemplado et Confianza, alors que l’écriture de Todo más claro, s’étend selon Soledad Salinas de 1936 à 19492. Depuis l’automne 1936, Pedro Salinas et sa famille vivent aux États-Unis. Avant que n’éclate la guerre civile en Espagne (juillet 1936), Pedro Salinas avait accepté une proposition pour aller enseigner à l’Université de Wellesley College, en Nouvelle Angleterre3 dès 1935. Ce qui devait être un séjour de courte durée va se transformer en un véritable exil4. Pedro Salinas est républi- cain et il condamne toute forme de totalitarisme5 : rentrer en Espagne s’avère inenvisageable tant que Franco est au pouvoir. Et, il est extrê- mement soucieux des conditions de vie de sa famille. 1 Pedro Salinas est né à Madrid en 1891, et mort à Boston en 1951. Rappelons qu’avec l’appui de Fernando de los Ríos, il est le fondateur et le secrétaire général de l’Université Internationale d’été de Santander1, inaugurée en 1933, par le Gouverne- ment de la Seconde République. 2 Soledad Salinas de Marichal, Poesías Completas, Prólogo, Madrid, Alianza Edito- rial, 1993, vol. 5, p. 7 et 1997, vol. 6, p. 7. 3 Jorge Guillén, Pedro Salinas, Obras completas, prólogo, Barcelona, Seix Barral, 1981, p.41. 4 Cf. Bernadette Hidalgo...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.