Show Less

«Todo más claro, El Contemplado, Confianza» de Pedro Salinas

Une écriture poétique entre contemplation et engagement

Bernadette Hidalgo Bachs

Cet ouvrage qui se veut pionnier nous confronte à l’univers de la dernière étape poétique de Pedro Salinas, grand poète espagnol, contemporain de Federico García Lorca. L’étude et l’interprétation approfondie de ses poèmes visent à mettre en lumière une quête de paix et d’absolu dans un univers à la fois serein, inquiétant et menaçant, selon qu’il évoque la contemplation de la mer, celle du monde urbain ou la question de la guerre.
Le poète est cet homme que nous sommes, essayant de trouver un sens à sa vie face à l’absurdité, ou soumis aux tensions d’une recherche de bonheur dans un environnement où se mêle harmonie, calme, angoisse et vaine agitation. Pedro Salinas, ayant choisi l’auto-exil, exprime au plus haut degré sa quête de l’être, exacerbée par la perte.
Concéder l’éternité aux êtres et aux choses en les fixant pour toujours sur la feuille blanche, telle est la mission qu’assigne Pedro Salinas au poète, en exprimant par des choix expressifs alliant tradition et modernité une conception de l’homme ancrée dans une espérance humaniste et confiante en la transmission intergénérationnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIE - EL CONTEMPLADO: VARIATIONS SUR LA PLÉNITUDE

Extract

DEUXIÈME PARTIE EL CONTEMPLADO : VARIATIONS SUR LA PLÉNITUDE 169 Introduction Au cours de l’été 1943, grâce à une permission spéciale de l’Univer- sité John Hopkins où il enseigne, Pedro Salinas rejoint celle de Porto Rico. Comme l’observent son ami Jorge Guillén1 et son fils, Jaime Salinas2 le contexte amical a été l’occasion de retrouver la sérénité pour écrire. La dédicace du recueil met en exergue la reconnaissance de Pedro Salinas pour le Club Afda : A la fraternidad Afda, en cuya generosa hospitalidad nacieron estos poemas En offrant l’hospitalité au poète, cette Association fraternelle d’amis donna à celui-ci tout le loisir de contempler la mer et de se consacrer à l’écriture poétique. L’immensité de la surface aquatique et la lumière de cette mer de Porto Rico permettront à Pedro Salinas de pouvoir formuler poétiquement ce paysage marin dans un partage identitaire. En effet, l’homme de l’intérieur de la terre ibérique qu’est Pedro Salinas est fasciné dès sa jeunesse par la mer Méditerranée. Il la découvre d’abord avec son oncle, puis en compagnie de sa femme, à Santa Pola près d’Alicante3. Lorsque Pedro Salinas est face à ce qu’il nomme la mer de Porto Rico, il retrouve la mer par excellence pour lui, c’est-à-dire la Méditerranée. C’est ainsi que, depuis les États-Unis, Pedro Salinas écrit à sa femme, dans une lettre du 21 février 1937 : ¿ Y sabes mi Mag, en que ha venido a...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.