Show Less

Relire Madeleine Bourdouxhe

Regards croisés sur son œuvre littéraire

Series:

Edited By Cécile Kovacshasy and Christiane Solte-Gresser

Si l’œuvre littéraire de Madeleine Bourdouxhe (1906-1996) a laissé une trace discrète dans l’histoire de la littérature, il n’en reste pas moins que son premier roman, La Femme de Gilles (1937), vit le jour chez Gallimard grâce à l’enthousiasme de Jean Paulhan puis de Raymond Queneau. Simone de Beauvoir jadis et Marie NDiaye aujourd’hui la comptent parmi leurs références.
Trois quarts de siècle après son premier grand succès de librairie, il n’existait toutefois aucun livre consacré à cette œuvre. Réalisée par des spécialistes, cette première étude vient combler une étonnante lacune en présentant des analyses de toutes les œuvres de Bourdouxhe – y compris des textes inédits à ce jour.
Relire Madeleine Bourdouxhe propose des perspectives d’analyses nombreuses et diversifiées. L’ouvrage comporte en outre une biobibliographie exhaustive et répertorie les documents de la romancière conservés aux Archives & Musée de la Littérature à Bruxelles.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CINQUIÈME PARTIE - DOCUMENTS

Extract

CINQUIÈME PARTIE DOCUMENTS « Littérature et christianisme », réponse de Madeleine Bourdouxhe à une enquête dans La Cité chrétienne, le 5 février 1939 NOTRE ENQUÊTE LITTÉRATURE ET CHRISTIANISME Nous avons envoyé à bon nombre d’écrivains de toutes tendances un questionnaire, un peu trop long pour être reproduit chaque fois ici. Il porte essentiellement sur l’attitude de l’artiste envers son œuvre. Et d’un point de vue plus strict, l’écrivain catholique doit-il s’efforcer de faire œuvre proprement catholique ? Doit-il se plier à certaines règles dans le choix de son sujet et de sa peinture de la vie ? Doit-il tenir compte des répercussions possibles de son œuvre ? VOICI LES RÉPONSES DE MADELEINE BOURDOUXHE. On se rappelle l’émotion secrète et juste du roman de Madeleine Bourdouxhe, La Femme de Gilles… Non, je ne crois pas que le problème de la création littéraire puisse se poser d’une façon différente pour un croyant et un incroyant. « Roman- cier catholique » est une expression qui me semble vide de sens. Je dirais même que c’est une expression dont les deux termes me paraissent se détruire réciproquement, le terme « romancier » comportant en lui- même toutes ses lois et ne pouvant comporter que celles-là. Évidemment un romancier peut être un homme catholique, comme on peut être à la fois romancier et homme communiste (en disant cela je ne songe pas à rabaisser une foi religieuse au niveau d’une doctrine sociale) mais on ne...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.