Show Less

L’idéolecte des romancières tunisiennes de graphie française

Stratégies linguistiques et stylistiques au service de l’expression identitaire

Rossana Curreri

Pour suppléer à la tendance dominante de faire de la littérature maghrébine francophone un réceptacle unitaire, l’auteure se propose de saisir des traits ou des traces récurrentes dans un espace national défini.
Contribution originale au confluent des études linguistiques et des études littéraires, cet ouvrage cerne le discours collectif des romancières tunisiennes musulmanes de graphie française dès 1975 à nos jours par une méthode d’analyse (trans)textuelle. La nouveauté de la démarche proposée consiste à décrire l’idéolecte de ces écrivaines en prenant à témoins les modèles discursifs de l’oralité et de l’écriture, les figures de rhétorique récurrentes telles que l’allégorie, l’antonomase et l’oxymore, les lieux les plus fortement marqués idéologiquement, que ce soit le politique ou le religieux, et le réceptacle naturel où l’idéologie du texte est synthétisée, voire le titre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE IV - L’allégorie de la Femme-Nation : mutations identitaires du singulier au collectif 107

Extract

107 CHAPITRE IV L’allégorie de la Femme-Nation : mutations identitaires du singulier au collectif La mutation identitaire que nous envisageons d’interroger dans les pages qui vont suivre est la variation du singulier au collectif que subit, par le moyen de l’allégorie, le destin de la femme tunisienne dans les romans de notre corpus. En fait, dans ces œuvres, la destinée indivi- duelle d’une héroïne représente souvent d’une part celle de la Citoyenne et d’autre part celle de l’idée de Nation, de son histoire, de sa construction, de son identité et de sa culture. Le singulier, cette catégorie grammaticale qui exprime le caractère de ce qui est un, ne se transforme pas en pluriel, il se métamorphose en collectif, en un mot qui, tout en restant singulier, représente un ensemble d’individus, comme le groupe humain formant une Nation par sa conscience d’une unité et d’une origine commune. Une des formes courantes de l’allégorie, la personnification, semble être consubstantielle à l’idée de Nation, définie par Paul Robert comme « un groupe humain constituant une communauté politique, établie sur un territoire défini ou un ensemble de territoires définis, et personnifiée par une autorité souveraine »1 : la notion abstraite de collectivité a donc besoin d’être synthétisée en une entité concrète par le moyen de la personnification. C’est grâce à l’allégorie qu’un système conceptuel, comme celui de Nation, peut être transformé en images à l’intérieur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.