Show Less

Georges Pompidou et l’Allemagne

Series:

Sylvain Schirmann and Sarah Mohamed-Gaillard

Bien que Georges Pompidou n’ait pas eu la même intimité avec l’Allemagne que le général de Gaulle ou que le président Giscard d’Estaing, il a su et compris dès son élection en 1969 que la relation franco-allemande, et sa relation avec Brandt, était centrale en Europe et nécessaire à la France. S’il comprenait l’Ostpolitik, il fut également sensible au différentiel économique entre les deux puissances et n’eut de cesse de chercher à développer la coopération industrielle entre les deux pays. Celle-ci devait bien évidemment contribuer à la modernisation de la France. Il œuvra également en faveur de la langue et de la culture française dans les discussions avec le chancelier Brandt. La reprise du dialogue entre Paris et Bonn en 1969 favorisa la relance européenne. Mais à partir de 1973, des divergences sensibles apparurent malgré tout entre les deux partenaires. Paris assuma alors ses responsabilités.
À travers une large sélection de documents issus des archives de la Présidence de la République, cet ouvrage montre comment la politique de Georges Pompidou est inscrite dans une dimension nationale et internationale, notamment européenne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

AVANT-PROPOS - Georges Pompidou et l’Allemagne 11

Extract

11 AVANT-PROPOS Georges Pompidou et l’Allemagne1 Sylvain SCHIRMANN Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg 3 et directeur de l’Institut d’études politiques Georges Pompidou n’a pas la même intimité avec l’Allemagne que le général de Gaulle. Arrivé à l’Élysée en juin 1969, le nouveau président de la République sait qu’il lui faut se glisser dans les pas de son illustre prédécesseur en matière de politique extérieure. Il a d’ailleurs fait siennes les grandes orientations définies par de Gaulle : indépendance nationale, dissuasion nucléaire, construction d’une Europe confédérale au sein de laquelle Paris pourrait peser de tout son poids, dialogue avec l’Est, et notamment avec la Russie soviétique. Les rapports du président Pompidou 1 Sur le même sujet, se reporter à Georges-Henri Soutou, « L’attitude de Georges Pompidou face à l’Allemagne », in Association Georges Pompidou, Georges Pompidou et l’Europe, Actes du colloque des 25 et 26 novembre 1993, Bruxelles, Complexe, 1995 p. 267-313 ; dans la même publication lire la contribution d’Adolf Kimmel, « La politique européenne de Georges Pompidou vue d’Allemagne », p. 315- 327. Pour une vue d’ensemble du sujet : Georges-Henri Soutou, L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1951-1996, Paris, Fayard, 1996 (plus particulièrement le chapitre IX – Georges Pompidou et l’Allemagne : l’impasse stratégique p. 311-350) ; Thierno Diallo, La politique étrangère de Georges Pompidou, Paris, LGDJ, 1992, coll. « Bibliothèque constitutionnelle et de science politique », tome 74 ; Pierre Jardin, Adolf Kimmel (documents rassembl...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.