Show Less

Le Monde du Théâtre- Édition 2011

Compte rendu des saisons théâtrales 2007–2008 et 2008–2009 dans le monde

Edited By Nicole Leclercq, Laurence Piéropan and Laurent Rossion

Cet ouvrage intéressera l’amateur de théâtre à plus d’un titre. Il propose un panorama mondial à travers 51 articles traitant de deux saisons de théâtre. La singularité de cette forme mérite d’être soulignée. Chacun des pays représentés ici a confié à un spécialiste un regard analytique sur les saisons 2007–2008 et 2008–2009. Cela donne une juxtaposition d’approches qui, unies dans un objectif commun, gardent leurs spécificités. Ici, on met l’accent sur la perpétuation des traditions théâtrales, là, on est attentif aux signes d’ouverture aux aventures du théâtre international. Ici, on scrute les résistances que le théâtre peut opposer aux pouvoirs, là, on souligne l’intelligence de l’institution théâtrale et de l’État. Partout, on nous fait découvrir des formes, des pratiques et des répertoires qui retrouvent ainsi droit de cité à côté des artistes qui dominent les scènes internationales. De l’Allemagne à l’Ukraine, nous explorons la vie théâtrale dans son actualité avec ce léger recul qui permet de dégager quelques lignes de force. On pioche ainsi informations et détails insolites sur le travail des acteurs, les projets des metteurs en scène ou les goûts du public. C’est ainsi que nous portons un autre regard sur le théâtre dans le monde.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Hongrie - Beáta Barda 225

Extract

225 Hongrie Beáta BARDA Y a-t-il une vie et un théâtre indépendant après le Krétakör ? En observant les ateliers de théâtre indépendant (nous pourrions aussi les appeler la scène alternative théâtrale hongroise) de ces deux dernières années, ce qui frappe le plus, c’est une impression de fluctuation, de transition constante et presque, de détours. Cela n’a pas toujours été le cas et le public hongrois ne l’a pas toujours ressenti. Il avait adoré la compa- gnie hongroise du Krétakör (le « Cercle de craie ») qui, avec le Théâtre Katona József, était le seul groupe théâtral à bénéficier d’une reconnais- sance internationale bien justifiée. Puis soudain, le public n’a plus compris. Une époque théâtrale se terminait, celle à laquelle ses acteurs préférés avaient pris part. Il lui a fallu du temps pour se faire à l’idée qu’il y avait une vie après le Krétakör… Le Krétakör, lorsqu’il fonctionnait encore avec un collectif permanent, se présentait presque comme un théâtre de répertoire, même s’il ne disposait pas d’une implantation propre. Et de partout, de Hongrie, de l’étranger, on invitait la compagnie. Puis, lentement, les choses ont changé. Le Krétakör s’est trouvé une base – un lieu permanent et multifonc- tionnel. Il s’agit moins d’un espace dédié aux arts du spectacle qu’une attache spirituelle (dans tous les sens du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.