Show Less

Raymond Aron, penseur de l’Europe et de la nation

Series:

Edited By Giulio De Ligio

À mesure que le temps passe, la pertinence des démarches et des analyses de Raymond Aron se confirme au lieu de s’estomper. Parce qu’il a été le commentateur inlassable des événements, parce que ses livres ont souvent répondu à des situations bien différentes de la nôtre, on a pu penser que son œuvre, à l’exception bien sûr des grands ouvrages théoriques, perdrait de son actualité en raison de l’éloignement des circonstances qui lui avaient donné naissance. C’est le contraire qui se produit. C’est de nous et donc à nous qu’Aron parle encore.
À travers la forme politique propre à l’Europe, la journée d’études du 7 juin 2011, dont est issu cet ouvrage, s’était proposée de dégager la science politique que Raymond Aron nous lègue pour mieux comprendre la condition humaine et la situation présente des pays européens.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

ANNEXES

Extract

125 Universalité de l’idée de nation et contestation1 Raymond ARON L’amitié d’Annie Kriegel est irrésistible autant qu’impérieuse. Avant les vacances, elle a décrété que je devais faire une conférence pendant ce colloque. Je lui ai assuré que je n’avais rien de spécifique à dire sur le sujet de l’idée nationale, elle n’a pas cédé et me voici ce soir obligé de vous entretenir du sujet : « Universalité de l’idée nationale et contestation2. » La tâche est doublement difficile. Tout d’abord, le colloque qui a eu lieu ici même portait directement ou indirectement sur l’idée nationale appliquée à l’État d’Israël. Or, s’il y a un cas qui est, si je puis dire, unique, paradoxal, c’est le cas de l’État d’Israël ; et j’aurais le droit de n’en rien dire, à cause de cette singularité même ; mais j’aurais le sentiment de reculer devant la partie la plus difficile de la tâche, si je n’y faisais allusion à la fin. L’autre difficulté, c’est que la notion même d’idée nationale est tout, sauf claire, et qu’il ne me paraît pas démontré que l’idée nationale ait aujourd’hui une portée universelle, comme le suggérait le titre qui a été donné à la conférence. Quant aux formes de contestation de cette idée, elles sont tellement nombreuses que je devrai me borner à quelques allusions. Je pense que nous serons tous d’accord sur le point de départ...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.