Show Less

Générations de fédéralistes européens depuis le XIXe siècle

Individus, groupes, espaces et réseaux

Series:

Edited By Geneviève Duchenne and Michel Dumoulin

Cet ouvrage reconsidère l’histoire du militantisme européen à l’aune du concept de génération. Essentielle pour appréhender le changement social et mesurer le temps historique, cette approche permet de percevoir autour de trois moments clés – avant 1900, autour de 1930 et autour de 1960 – les lignes de force qui structurent le discours européen.
En effet, les onze contributions rassemblées ici revisitent l’engagement de quelques fédéralistes européens aux XIX e et XX e siècles au sein d’espaces nationaux spécifiques – belge, hollandais, français, allemand, autrichien, hongrois, polonais ou encore italien.
La prise en compte des phénomènes d’âge est, en effet, particulièrement utile pour expliquer l’apparition, le développement et le succès, ou l’insuccès, de courants idéologiques nouveaux par-delà les ruptures provoquées par des crises politiques, sociales ou économiques.
Aussi, au-delà de l’engagement individuel au sein d’en espace géographique défini, ce sont bien des groupes et des réseaux qui émergent, à des moments-clés, sur la scène européenne.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Générations de militants européens 9 (Geneviève Duchenne et Michel Dumoulin)

Extract

9 Générations de militants européens Michel DUMOULIN et Geneviève DUCHENNE Professeur à l’Université catholique de Louvain & Professeur invitée à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles Dans le langage courant, la notion de génération est banalisée et son acception est particulièrement étendue. De la génération Pepsi à celle de l’internet, le terme est utilisé dans tous les registres. Aussi, les modestes réflexions qui suivent ont pour objectif de tenter d’éclaircir ce « con- cept », en particulier dans le cadre de son utilisation dans le domaine de l’histoire du militantisme pro-européen. Récemment, le jubilé de Mai 1968 a remis au goût du jour ce con- cept. L’histoire, comme d’autres disciplines, s’y est intéressée et la revue Vingtième Siècle a consacré son numéro de mai-juin 2008 à l’événement. Jean-François Sirinelli y a publié un article intitulé « Gé- nération, générations »1. Avec un point de vue français, il détecte dans la participation aux événements de 1968 principalement deux générations actives. La première est celle née pendant la Seconde Guerre mondiale, celle pour qui la guerre d’Algérie a constitué la première césure qui, de ce fait, est restée indélébile. La seconde est celle née après la guerre, qui, protégée, arrivait à « l’âge d’une éventuelle socialisation politique dans un monde...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.