Show Less

Enseigner les « classiques » aujourd’hui

Approches critiques et didactiques

Series:

Isabelle de Peretti and Béatrice Ferrier

Dans le sillage de la recherche sur la littérature et son enseignement, cet ouvrage apporte une contribution à l’épineuse question des « classiques » à l’école, au collège et au lycée. Dans un contexte de nouvelles prescriptions institutionnelles, de nouveaux publics, de mutations culturelles et d’avancées de la critique, peut-on encore envisager l’enseignement des classiques ? Ou, du moins, dans quelle mesure est-il nécessaire de le renouveler ?
Partant d’une réflexion conceptuelle (définitions et critères), l’approche choisie articule étroitement entrées critiques et entrées didactiques. Évolution des corpus, processus de classicisation, mutations des réceptions et des pratiques enseignantes sont analysés à partir de genres (littérature d’idées, autobiographie, théâtre et littérature de jeunesse…), d’auteurs (Racine, Balzac, Baudelaire, Flaubert, Rimbaud…), de cadres ou de lectures critiques, de nouveaux objets (réécritures et transécritures, films, BD…) ou de dispositifs (écriture, carnet de lecture, débat, dessin…).
Cette réflexion, qui débouche sur des propositions didactiques, fait suite au colloque « Manières de critiquer, manières d’enseigner la littérature : conceptions, places et approches des classiques dans la construction d’une culture commune » tenu à l’université d’Artois, les 25 et 26 novembre 2009.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

PROPOSITIONS CRITIQUES ET DIDACTIQUES

Extract

145 Pour une didactique de l’histoire de la littérature La notion de tolérance au XVIIIe siècle en classe de première Laetitia PERRET TRUCHOT Université de Poitiers/IUFM La question de la place à assigner à l’histoire de la littérature1 dans l’enseignement des lettres accompagne les différentes réformes du lycée et fait l’objet de nombreuses controverses. Elle a ainsi mis environ un siècle à conquérir une légitimité scolaire (soit entre 1840 et les années 1920), légitimité qui lui a de nouveau été contestée à partir des années 1960. En effet, l’histoire de la littérature est considérée depuis le début de son enseignement comme un ensemble de savoirs à acquérir (datations, attribution), lieu de désignation de l’erreur2 et comme un savoir constitué de façon définitive, un objet neutre. L’histoire de son enseignement montre pourtant à quel point elle est un objet polémique 1 Nous parlons bien ici d’histoire de la littérature, histoire des grands auteurs, structurée par genres et siècles, étudiée dans les classes et non d’histoire littéraire. Selon la distinction établie par Lanson, l’histoire littéraire, universitaire, s’intéresse aux contextes de réception, de production, de circulation des œuvres, et s’attache plus aux anonymes qu’aux grands auteurs. Voir « Programme d’études sur l’histoire provinciale de la vie littéraire en France », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome IV, 1903, repris dans Essais de méthode de critique...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.