Show Less

Écrits voyageurs

Les artistes et l’ailleurs

Series:

Edited By Laurence Brogniez

Le voyage est très souvent l’occasion d’un passage à l’écriture pour le peintre, qui tient un journal, rédige des lettres, envoie des correspondances à un périodique ou jette sur le papier des notes accompagnées de croquis. Comme si le déplacement, le décentrement, la confrontation avec l’Autre engageait l’artiste à explorer d’autres ressources expressives pour dire l’expérience de l’inconnu. Quitter son lieu d’origine, abandonner temporairement son identité sociale, laisser derrière soi ses certitudes et ses routines pour se confronter à l’ailleurs génère un dépaysement qui invite à une réflexion sur soi et sur sa pratique.
Itinéraires, destinations, choses vues, sensations inédites : lire des récits de voyage, c’est se préparer à des surprises. L’avantage que nous avons, lecteurs actuels des écrits des artistes du passé en voyage, c’est de connaître ces moments privilégiés à travers leur écriture. Double profit : découvrir des lieux, des instants, des dizaines de petites et grandes choses de « l’ailleurs », et découvrir l’écriture qui les a transmis. Les surprises viennent non seulement des premiers, racontés, décrits, évoqués, mais aussi de ces écrits, généralement peu banals. Le présent ouvrage revient sur quelques peintres-écrivains marquants des deux siècles passés, mais aussi sur leurs « héritiers » – des auteurs de bande dessinée – pour porter des éclairages nouveaux sur leurs « écrits viatiques », mais il propose en plus de nouveaux et nombreux documents, et oriente vers d’autres encore inédits, en particulier dans les domaines francophones, belge et français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le pinceau ou la plume ? Les peintres face à l’Orient. Post-scriptum à l’exposition De Delacroix à Kandinsky. L’orientalisme en Europe

Extract

29 Le pinceau ou la plume ? Les peintres face à l’Orient Post-scriptum à l’exposition De Delacroix à Kandinsky. L’orientalisme en Europe1 Davy DEPELCHIN Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique De mon environnement terne et banal et « respectable », le Djinn m’emporta immédiatement au pays de ma prédilection, l’Arabie, une région si familière à mon esprit qu’à première vue elle semblait être une réminiscence de quelque vie métempsychique antérieure dans un lointain Passé2. Son statut complexe et particulier n’a pas empêché Richard Francis Burton (1821-1890) – écrivain, arabisant, diplomate, voyageur, homme d’aventures et porteur de nombreuses autres étiquettes professionnelles – de formuler ce sentiment présent chez la plupart des voyageurs occi- dentaux du XIXe siècle. Ils étaient nombreux à entreprendre le voyage au Levant. Mais, si la visibilité de l’Orient s’accrut tout au long du XIXe siècle, ce n’est pas uniquement grâce au progrès des moyens de locomotion. Sans même quitter le sol européen, l’on s’imprégnait d’idées relatives à l’Orient, sa géographie, son climat, ses habitants, ses coutumes, etc. Pour les artistes-voyageurs, l’Orient fut un lieu magique au carrefour de différents mondes ; à la fois le théâtre de la politique contemporaine, 1 Cet article propose un bref parcours, par les textes, à travers l’exposition De Delacroix à Kandinsky. L’orientalisme en Europe, qui s’est tenue du 15 octobre 2010 au 9 janvier 2011 aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique et dans le cadre de laquelle le colloque Écrits voyageurs...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.