Show Less

Écrits voyageurs

Les artistes et l’ailleurs

Series:

Edited By Laurence Brogniez

Le voyage est très souvent l’occasion d’un passage à l’écriture pour le peintre, qui tient un journal, rédige des lettres, envoie des correspondances à un périodique ou jette sur le papier des notes accompagnées de croquis. Comme si le déplacement, le décentrement, la confrontation avec l’Autre engageait l’artiste à explorer d’autres ressources expressives pour dire l’expérience de l’inconnu. Quitter son lieu d’origine, abandonner temporairement son identité sociale, laisser derrière soi ses certitudes et ses routines pour se confronter à l’ailleurs génère un dépaysement qui invite à une réflexion sur soi et sur sa pratique.
Itinéraires, destinations, choses vues, sensations inédites : lire des récits de voyage, c’est se préparer à des surprises. L’avantage que nous avons, lecteurs actuels des écrits des artistes du passé en voyage, c’est de connaître ces moments privilégiés à travers leur écriture. Double profit : découvrir des lieux, des instants, des dizaines de petites et grandes choses de « l’ailleurs », et découvrir l’écriture qui les a transmis. Les surprises viennent non seulement des premiers, racontés, décrits, évoqués, mais aussi de ces écrits, généralement peu banals. Le présent ouvrage revient sur quelques peintres-écrivains marquants des deux siècles passés, mais aussi sur leurs « héritiers » – des auteurs de bande dessinée – pour porter des éclairages nouveaux sur leurs « écrits viatiques », mais il propose en plus de nouveaux et nombreux documents, et oriente vers d’autres encore inédits, en particulier dans les domaines francophones, belge et français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La rencontre avec l’Islam. Carnets de route

Extract

37 La rencontre avec l’Islam Carnets de route Christine PELTRE Université Marc Bloch, Strasbourg Dans une célèbre caricature de 18491, opposant Ingres et Delacroix devant l’Institut, le caparaçon du cheval monté par le premier porte cette inscription : « Il n’y a de gris que le gris et M. Ingres est son prophète. » Cette sentence qui reprend de manière irrespectueuse un verset du Coran, participant au tournoi esthétique entre dessin et couleur, peut, sur un mode léger, introduire à un sujet qui l’est moins. Au sein d’une période marquée par l’ouverture à l’Orient, dont les deux protagonistes sont chacun à leur manière les interprètes, comment se présente la rencontre avec l’Islam, avec un art, une civilisation, une religion aux- quels les artistes voyageurs sont confrontés dans le quotidien de leur expérience ? Si l’on s’est déjà beaucoup interrogé sur la perception du paysage, du costume, de la scène de genre, qui répondent effectivement aux motivations de l’aventure du voyage orientaliste, cette question est peut-être moins couramment traitée, surtout pour la période précédant celle de l’islamophilie qui prend son essor avec amateurs et collection- neurs au tournant des XIXe et XXe siècles2. Il faut reconnaître que les écrits d’artistes voyageurs, qui permettent d’approcher leurs réactions sur le motif, restent peu nombreux. Il est possible cependant d’en re- cueillir quelques exemples qui permettent d’approcher ce sujet, en leur associant les témoignages d’...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.