Show Less

Écrits voyageurs

Les artistes et l’ailleurs

Series:

Edited By Laurence Brogniez

Le voyage est très souvent l’occasion d’un passage à l’écriture pour le peintre, qui tient un journal, rédige des lettres, envoie des correspondances à un périodique ou jette sur le papier des notes accompagnées de croquis. Comme si le déplacement, le décentrement, la confrontation avec l’Autre engageait l’artiste à explorer d’autres ressources expressives pour dire l’expérience de l’inconnu. Quitter son lieu d’origine, abandonner temporairement son identité sociale, laisser derrière soi ses certitudes et ses routines pour se confronter à l’ailleurs génère un dépaysement qui invite à une réflexion sur soi et sur sa pratique.
Itinéraires, destinations, choses vues, sensations inédites : lire des récits de voyage, c’est se préparer à des surprises. L’avantage que nous avons, lecteurs actuels des écrits des artistes du passé en voyage, c’est de connaître ces moments privilégiés à travers leur écriture. Double profit : découvrir des lieux, des instants, des dizaines de petites et grandes choses de « l’ailleurs », et découvrir l’écriture qui les a transmis. Les surprises viennent non seulement des premiers, racontés, décrits, évoqués, mais aussi de ces écrits, généralement peu banals. Le présent ouvrage revient sur quelques peintres-écrivains marquants des deux siècles passés, mais aussi sur leurs « héritiers » – des auteurs de bande dessinée – pour porter des éclairages nouveaux sur leurs « écrits viatiques », mais il propose en plus de nouveaux et nombreux documents, et oriente vers d’autres encore inédits, en particulier dans les domaines francophones, belge et français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Marcel Broodthaers, flâneur en mer du Nord ................................133

Extract

133 Marcel Broodthaers, flâneur en mer du Nord Denis LAOUREUX Université libre de Bruxelles L’origine chronologique du rapport que Marcel Broodthaers entre- tient avec la notion de voyage se situe en 1946. Broodthaers, alors âgé de vingt-deux ans, est invité à répondre à une enquête menée par la revue Le Miroir infidèle sur la question du « Savoir vivre ». Nouveau venu dans la seconde génération du surréalisme belge, il est alors l’auteur de plusieurs articles parus dans des revues littéraires et poli- tiques telles que Le Ciel bleu ou encore Le Salut public. C’est dans ce cadre qu’il croise René Magritte et fait la connaissance d’un autre voyageur au long cours, Christian Dotremont. Une des quatre questions posée par l’enquête du Miroir infidèle est la suivante : « Quelles sont les choses que vous aimez le plus ? » À cette question, le jeune poète répond : « Les grands voyages. » Broodthaers pratique d’abord le voyage en tant que reporter. À la fin des années 1950, en effet, il tra- vaille comme journaliste pour divers périodiques. Ceci l’amène à effec- tuer, en 1957, plusieurs périples en montgolfière pour les besoins d’un reportage où il devait consigner ses « impressions poétiques » sur l’expérience d’un voyage en ballon1. Un an plus tard, il publie un papier sur l’Atomium2. Sous sa plume, ce symbole de l’Expo 58 est présenté de façon onirique par le biais d’un intertexte renvoyant à deux célèbres voyages...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.