Show Less

Écrits voyageurs

Les artistes et l’ailleurs

Series:

Edited By Laurence Brogniez

Le voyage est très souvent l’occasion d’un passage à l’écriture pour le peintre, qui tient un journal, rédige des lettres, envoie des correspondances à un périodique ou jette sur le papier des notes accompagnées de croquis. Comme si le déplacement, le décentrement, la confrontation avec l’Autre engageait l’artiste à explorer d’autres ressources expressives pour dire l’expérience de l’inconnu. Quitter son lieu d’origine, abandonner temporairement son identité sociale, laisser derrière soi ses certitudes et ses routines pour se confronter à l’ailleurs génère un dépaysement qui invite à une réflexion sur soi et sur sa pratique.
Itinéraires, destinations, choses vues, sensations inédites : lire des récits de voyage, c’est se préparer à des surprises. L’avantage que nous avons, lecteurs actuels des écrits des artistes du passé en voyage, c’est de connaître ces moments privilégiés à travers leur écriture. Double profit : découvrir des lieux, des instants, des dizaines de petites et grandes choses de « l’ailleurs », et découvrir l’écriture qui les a transmis. Les surprises viennent non seulement des premiers, racontés, décrits, évoqués, mais aussi de ces écrits, généralement peu banals. Le présent ouvrage revient sur quelques peintres-écrivains marquants des deux siècles passés, mais aussi sur leurs « héritiers » – des auteurs de bande dessinée – pour porter des éclairages nouveaux sur leurs « écrits viatiques », mais il propose en plus de nouveaux et nombreux documents, et oriente vers d’autres encore inédits, en particulier dans les domaines francophones, belge et français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le récit de voyage en bande dessinée. Prolégomènes à l’analyse d’un genre hybride

Extract

157 Le récit de voyage en bande dessinée Prolégomènes à l’analyse d’un genre hybride1 Fabrice PREYAT Université libre de Bruxelles – F.N.R.S. La création en bande dessinée contemporaine se définit assurément par l’intensification d’une pratique intermédiatique qui, profitant de la nature plurisémiotique du médium, s’attache à renouveler sans cesse, sur le plan esthétique, la rencontre des médias de communication textuelle et des médias de communication visuelle. Depuis une vingtaine d’années, la bande opère comme le catalyseur des grandes tendances qui caractérisent l’hybridation de la pensée postmoderne et de la consomma- tion culturelle. Les pratiques intermédiatiques qu’elle met en œuvre sont perçues tantôt comme le signe d’un pluralisme ou d’un dialogisme de bon aloi, tantôt comme la confusion préjudiciable des genres dont elle opacifie les frontières, dont elle remet la pertinence en question. La bande dessinée rend de la sorte caduques des taxinomies depuis long- temps consacrées, bien que fragiles, et favorise le métissage des institu- tions2. Envisager la pratique du récit de voyage dans la bande dessinée im- plique en l’occurrence de s’interroger préalablement sur la notion de genre et d’arrêter plusieurs éclaircissements récemment fournis par la théorie littéraire3. À l’instar de la réflexion menée par David Vrydaghs4, 1 Le présent article se base sur une réflexion théorique ainsi que sur les propos enregis- tr...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.