Show Less

Consensus and European Integration / Consensus et intégration européenne

An Historical Perspective / Une perspective historique

Series:

Edited By Daniela Preda and Daniele Pasquinucci

Analysis of the formation and development of the consensus on European integration provides an interesting interpretative perspective for studying the history of the construction of a united Europe.
The authors of this volume examine the main reasons – ideological, political, cultural and economic – that have been advanced to encourage citizens to support the European project. The contributors also consider the initiatives proposed by the political and institutional actors involved for promoting this supranational project.
L’analyse de la formation et du développement d’un consensus pour l’intégration européenne représente une piste interprétative intéressante pour étudier l’histoire de la construction de l’Europe unie.
Dans ce volume, les auteurs examinent les principales raisons avancées – idéales, politiques, culturelles, économiques – pour obtenir le soutien des citoyens au projet européen. En outre, ils analysent les initiatives élaborées par les acteurs politiques et institutionnels impliqués dans le processus d’unification dans le but de promouvoir le projet supranational.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les entrepreneurs publics italiens et le consensus à l’intégration économique européenne, 1950-1960 (Daniela Felisini)

Extract

225 Les entrepreneurs publics italiens et le consensus à l’intégration économique européenne, 1950-1960 Daniela FELISINI Introduction Le processus d’intégration européenne s’est heurté, notamment à ses débuts, à une résistance généralisée dans les milieux économiques italiens. Giuseppe Petrilli en témoigne : « dans le monde des affaires il n’y avait pas de sympathie pour l’Europe ».1 Pour des raisons différentes, souvent contradictoires les unes avec les autres, dans les années 1950, les entrepreneurs italiens parviennent difficilement à s’accorder effectivement avec les institutions et les engagements liés à la nouvelle position internationale du pays. La compétition avec des systèmes de production considérés comme plus forts et plus avancés suscite en effet des préoccupations, qui émergent de manière indistincte en 1951, à l’occasion de l’acte de Ugo La Malfa pour la libéralisation du commerce avec les pays membres de l’UEP – même si cette mesure reçoit l’adhésion d’un certain nombre d’industriels favorables à la diminution des restrictions et des contrôles sur le commerce extérieur et peut compter sur l’approbation personnelle du président de Confindustria, Angelo Costa.2 Ces craintes se révèlent de manière encore plus évidente au cours de la constitution des nouvelles Communautés européennes. Nous avons plus d’un exemple de positions défensives, notamment des industriels sidérurgiques envers la CECA – exemple que nous allons étudier plus en détail –, ou, plus tard, des craintes de nombre d’entrepreneurs à l’égard 1...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.