Show Less

Les partis politiques- Nouveaux regards

Une contribution au renouvellement de l‘histoire politique

Series:

Edited By François Audigier, David Colon and Frédéric Fogacci

Cet ouvrage rassemble une trentaine de contributions thématiques émanant de chercheurs en histoire politique ou en science politique autour de l’objet « parti ». Il entend faire le constat du renouvellement profond de cette histoire depuis une vingtaine d’années, à la faveur de nouvelles équipes, de nouvelles problématiques, de nouvelles méthodes, de nouvelles sources et de nouveaux échanges interdisciplinaires entre historiens et politologues. Même si l’histoire politique connaît en France une situation institutionnelle difficile, le champ de l’histoire partidaire semble un chantier très vivant où s’affirment de nouveaux enjeux épistémologiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

François AUDIGIER Comme le montre le rapide effacement dans l’Université française des pôles de recherche traditionnellement dévolus à l’histoire politique, cette dernière souffre depuis une dizaine d’années d’un évident discré- dit. Lors des campagnes de recrutement d’enseignants-chercheurs, la quasi inexistence des postes profilés en histoire politique traduit le désintérêt croissant pour ce champ thématique. Face à une histoire culturelle très dominante, l’histoire politique peine à exister. Cette défaite est d’autant plus amère pour ceux qui en font le constat de l’intérieur que l’histoire politique avait semblé gagner à la fin des années 1980 son procès en réhabilitation. En 1988, dans une célèbre plaidoirie collective (Pour une histoire politique), René Rémond, acteur privilégié de cette reconquête entreprise de Paris X-Nanterre et de la FNSP, avait souligné le renouveau épistémologique d’un genre long- temps décrié comme l’incarnation d’une « histoire-bataille » révolue. Nouvelles problématiques, nouvelles temporalités, nouvelles sources, nouvelles convergences disciplinaires, nouvelle ouverture internationale, nouvelles générations de chercheurs, l’histoire politique était devenue un chantier très dynamique. Si elle continue aujourd’hui de se renouve- ler autour d’ouvrages importants, de colloques et séminaires stimulants, d’une revue en ligne remarquable, de comités, centres, fondations et équipes ANR très actifs1, elle a perdu beaucoup de terrain sur le plan institutionnel. Alors que la « demande sociale » reste forte chez les médias et dans le grand public, force...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.