Show Less

Dialogisme : langue, discours

Series:

Edited By Jacques Bres, Aleksandra Nowakowska, Jean-Marc Sarale and Sophie Sarrazin

Comment le discours d’autrui pénètre-t-il mon propre discours ? Comment se marque cette altérité ? Quels outils la langue fournit-elle par lesquels se signifie la pluralité énonciative ? Cet ouvrage apporte des réponses à ces questions en faisant travailler une notion héritée du philosophe du langage russe Mikhaïl Bakhtine (1895-1975) : le dialogisme, que l’on définira comme l’orientation, constitutive de sa production comme de son interprétation, de tout discours vers d’autres discours. Cette orientation dialogique se manifeste sous forme d’échos, de résonances, d’harmoniques, qui font signe vers d’autres discours ; sous forme de voix introduisant de l’autre dans l’un, que l’on étudie à partir des marques linguistiques qu’elles laissent en surface.
Les analyses retenues dans ce travail collectif font travailler la notion de dialogisme à l’articulation de la langue et du discours, à partir de l’hypothèse suivante : si la production du discours est constitutivement orientée vers d’autres discours, alors cette dynamique doit affecter certains outils de la langue elle-même. Ainsi se voient questionnés différents lieux de la grammaire de la langue et du texte : la dislocation, la locution adverbiale un peu, le connecteur non que, l’interrogation en est-ce que, le déterminant démonstratif, les temps verbaux de l’indicatif, la structuration du texte en paragraphes, le titre de presse.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Notices biographiques

Extract

Sophie Azzopardi, agrégée d’espagnol, est l’auteur d’une thèse de doctorat en sciences du langage : Le futur et le conditionnel : valeur en langue et effets de sens en discours. Analyse contrastive espa- gnol/français. Ses recherches portent sur les Temps-Aspects-Modes dans les langues romanes. Jacques Bres, membre du laboratoire Praxiling UMR 5267, est pro- fesseur de sciences du langage à Montpellier III. Ses travaux relèvent de l’analyse de la production du sens, qu’il aborde à partir du questionne- ment de l’articulation langue / discours appliqué à différents objets. Ils s’organisent actuellement autour de deux pôles : les temps verbaux de l’indicatif ; le dialogisme. Il a notamment publié L’imparfait dit narratif (CNRS-Éditions, 2005), et, en collaboration avec J. Barceló, Les temps de l’indicatif (Paris, Ophrys, 2006). Patrick Dendale est depuis 2002 maître de conférences en linguis- tique française à l’Université d’Anvers, après avoir travaillé comme MCF à l’Université de Metz (1997-2002) et dans une école supérieure de traduction à Anvers (1991-1997). Il a soutenu en 1991 une thèse sur le marquage de l’évidentialité et la modalité épistémique en français et une habilitation à diriger des recherches à l’Université de Paris- Sorbonne en 2002. Il a publié (ou co-publié) une dizaine d’ouvrages collectifs et de numéros thématiques de revues, ainsi que de nombreux articles sur la modalité épistémique, l’évidentialité et leur marquage linguistique en français (notamment le conditionnel et devoir épisté- mique), sur les prépositions et locutions prépositionnelles...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.